Data RoomDistribution

Les péchés capitaux dans le marketing et la vente par Olivier Ezratty

En obser­vant la manière dont fonc­tionnent les pro­ces­sus de vente, le mar­ke­ting et la publi­cité, je me suis rendu compte qu’ils exploi­taient tous abon­dam­ment les péchés capi­taux. Et que par contre, les ver­tus car­di­nales étaient bien plus rare­ment mises en pratique.

Le mar­ke­ting et la vente ne font que s’adapter à la nature humaine faite d’un équi­libre déli­cat entre les péchés et les ver­tus ! Equi­libre assez… dés­équi­li­bré vous allez le voir ! Un dés­équi­libre qui n’est d’ailleurs pas sans rap­pe­ler la place des “mar­chands du temple” dans le nou­veau Testament !

Qu’est-ce que ce genre de pro­pos vient faire dans ce blog ? Je me suis dit que cette pers­pec­tive pou­vait être inté­res­sante pour aider les star­tups à conce­voir en connais­sance de cause leurs mes­sages et jouer habi­le­ment des péchés et des ver­tus dans leurs pro­ces­sus de vente.

Je vais évoquer les péchés et ver­tus et four­nir divers exemples de leur uti­li­sa­tion dans le mar­ke­ting et les méthodes de vente. Le tout avec le point de vue du ven­deur et celui du consom­ma­teur ou du client, et illus­tré avec quelques publi­ci­tés par­lantes. Le réfé­rent reste la culture occi­den­tale et il est pro­bable que cette décli­nai­son serait un peu dif­fé­rente dans des cultures autres, et notam­ment en Asie. La rela­tion aux péchés est plus nuan­cée dans l’Islam et le judaïsme, avec une notion de gra­da­tion des péchés pour les uns et au non-respect des 10 com­man­de­ments pour les autres avec la notion de par­don, moins pré­sentes chez les chré­tiens. Mais nos habi­tudes occi­den­tales sont un pot-pourri de tout cela.

En tout cas, pre­nez bien tout cela avec un peu de recul ! Je ne pré­tends pas créer un tableau de Men­de­leïev des fac­teurs humains uti­li­sés dans le mar­ke­ting et la vente ! Mon approche n’a rien de scien­ti­fique et je ne suis pas un grand lit­té­raire, ni un spé­cia­liste du neuro-marketing et encore moins un théologue !

Les péchés

La liste des sept péchés de la chré­tienté a été défi­nie par le qua­trième concile du Latran en 1215 (au regard duquel l’action de l’actuel pape Benoit XVI relève d’un pro­gres­sisme for­cené !) et pré­ci­sée par (Saint) Tho­mas d’Aquin plus tard dans ce même siècle, ce der­nier s’étant un peu plus attardé sur les ver­tus. Elle n’a pas changé depuis même si le sens usuel de cha­cun des péchés a pu évoluer par glis­se­ments séman­tiques pro­gres­sifs. Nous avons donc : l’avarice, l’envie, la paresse, la gour­man­dise, l’orgueil, la luxure et la colère, les défi­ni­tions en bleu ci-dessous étant issues de Wiki­pe­dia.

L’ava­rice : accu­mu­la­tion des richesses recher­chées pour elles-mêmes. Par abus de lan­gage, on peut y asso­cier la pin­gre­rie. Même dans la société de consom­ma­tion, les deux vont de pair. Ou sou­haite accu­mu­ler le maxi­mum de choses, mais au meilleur prix.

Demande : le prix comme pre­mier cri­tère de sélec­tion d’une offre chez de nom­breux consom­ma­teurs et dans de nom­breux ser­vices achats d’entreprises. Et aussi le rede­vable de l’impôt ou de l’ISF qui cherche à les réduire sans par­fois prê­ter suf­fi­sam­ment gare à la nature des inves­tis­se­ments associés.

Offre : tout ce qui relève de la com­mu­ni­ca­tion sur les prix (dont les prix en 99,99…), les pro­mo­tions, les réduc­tions et qui occupe une grande par­tie de l’espace publi­ci­taire, sur­tout dans le grand public, et dans les pro­duits de consom­ma­tion cou­rante où les consom­ma­teurs ont des repères. On retrouve aussi cela dans les cou­pons de réduc­tion (Grou­pon), dans les ventes pri­vées (qui au pas­sage flattent l’égo, donc relèvent aussi de l’orgueil), dans les com­pa­ra­teurs de prix (Kel­koo) et dans les modèles free­mium. Il y a même un petit por­tail des sites de ventes en ligne dont les frais de ports sont gra­tuits ! Ce petit péché se retrouve aussi dans toutes les offres de défis­ca­li­sa­tion avec en par­ti­cu­lier les inves­tis­se­ments “TEPA” qui attirent plus les per­sonnes inté­res­sées par les réduc­tions fis­cales que par l’investissement pro­pre­ment dit dans les startups.

Publicite et avarice

Avarice et publicite 2

L’envie : la tris­tesse res­sen­tie face à la pos­ses­sion par autrui d’un bien, et la volonté de se l’approprier par tout moyen et à tout prix (à ne pas confondre avec la jalou­sie). On peut y asso­cier la notion de jalousie.

Demande : très cou­rant dans le com­por­te­ment consom­ma­teur, avec les effets de tribu, l’intérêt pour les objets « à sta­tut », ou le com­por­te­ment en btob des clients qui com­mencent à vou­loir ache­ter un pro­duit ou un ser­vice lorsqu’ils sentent que le mar­ché et leurs concur­rents s’y lancent.

Offre : les publi­ci­tés qui insistent sur le sta­tut conféré par la pos­ses­sion d’un objet vanté. L’habillement et les chaus­sures de marques, l’automobile haut de gamme, les pro­duits de luxe en géné­ral. Il y a aussi bien évidem­ment Apple, le roi dans le domaine avec ses objets “sta­tuts” sty­lés et son pro­ces­sus d’annonce bien orches­tré des­tiné à géné­rer l’envie, le tout agré­menté des temples de l’envie, les Apple Store. On peut ran­ger dans cette caté­go­rie les publi­ci­tés qui ridi­cu­lisent le consom­ma­teur qui n’a pas (encore) le pro­duit vanté. Ce petit péché s’applique aussi à l’usage des réfé­rences clients dans le mar­ke­ting des­tiné aux entre­prises (tous les sites en ont, cf celui d’IBM ci-dessous à droite). Dans les pra­tiques com­mer­ciales, on peut citer le recru­te­ment de par­te­naires ou de spon­sors en indi­quant aux uns que les autres par­ti­cipent. La bonne vieille ruse… qui marche souvent !

Envie et publicite

Apple et envie

La paresse, ancien­ne­ment l’acédie, un une forme de dépres­sion due au relâ­che­ment de l’ascèse. Il s’agit en effet de paresse morale, un mal de l’âme qui s’exprime par l’ennui, l’éloignement de la prière, de la péni­tence, de la lec­ture spi­ri­tuelle. Nous en retien­drons aussi l’usage cou­rant moderne qui induit l’éloignement de l’effort.

Demande : quelques exemples dans l’Internet : le com­por­te­ment consom­ma­teur consis­tant à ne regar­der que les 2 ou 3 pre­miers résul­tats d’une recherche sur Google, la vali­da­tion des invi­ta­tions dans les réseaux sociaux et aussi l’évolution du web 2.0 des blogs vers les réseaux sociaux et Twit­ter. Si les gens passent leur temps à ret­wit­ter le contenu des autres, qui va en créer ?

Offre : tout ce qui peut faire gagner du temps relève de ce péché qui n’en est pas for­cé­ment un d’ailleurs. Par cer­tains côtés, les loi­sirs en géné­ral relèvent du relâ­che­ment moral liés à la défi­ni­tion de ce péché. Le plus emblé­ma­tique étant ce fameux sym­bole du « temps de cer­veau dis­po­nible pour la publi­cité » popu­la­risé par Patrick Le Lay, l’ancien patron de TF1. Il y a aussi la publi­cité de Free “Il a tout com­pris”, les offres triple et qua­druple play où on ne se pose pas de ques­tion puisque tout est dedans (cela rentre aussi dans l’avarice dans le couple accumulation/bas prix et dans la gour­man­dise). On peut citer la publi­cité et la com­mu­ni­ca­tion qui posi­tionne l’annonceur comme lea­der de son sec­teur, his­toire de déclen­cher un sui­visme mou­ton­nier qui évite de trop réflé­chir. En étant un peu vache, on peut aussi asso­cier le sta­tut de pre­mière chaine à TF1 au fait qu’elle soit sur le bou­ton “1” de la télé­com­mande ! Et puis, il y a le sum­mum du modèle écono­mique s’appuyant sur la paresse : les cof­frets cadeaux type Smart­Box (voyages, …), qui non seule­ment ne requièrent pas beau­coup d’efforts de créa­ti­vité pour ceux qui les offrent mais dont seule­ment 65% en moyenne sont réel­le­ment consom­més par ceux à qui ils ont été offerts ! D’où un modèle écono­mique avec un BFR néga­tif et une pro­fi­ta­bi­lité à toute épreuve pour les socié­tés qui réus­sissent dans ce secteur.

Paresse et marketing

Paresse 2

La gour­man­dise : ce n’est pas tant la gour­man­dise au sens moderne qui est blâ­mable que la glou­ton­ne­rie, cette der­nière impli­quant davan­tage l’idée de déme­sure et d’aveuglement que le mot gourmandise.

Demande : pas que chez les enfants ! On la retrouve chez l’Internaute qui accu­mule par télé­char­ge­ment plus ou moins licite plus de conte­nus dans son ordi­na­teur que de temps dis­po­nible dans la vie pour en profiter !

Offre : les bois­sons gazeuses en illi­mité dans les fast-foods amé­ri­cains, les buf­fets « à volonté » chez Flunch, l’obésité de fonc­tion­na­li­tés de cer­tains pro­duits relèvent toutes de ce péché. On trouve aussi les plus de 300000 appli­ca­tions de l’AppStore d’Apple. Cela peut cou­vrir aussi les capa­ci­tés de sto­ckage numé­riques gar­gan­tuesques dont nous dis­po­sons, les mil­lions d’heures de TV et de vidéo main­te­nant dis­po­nibles sur Inter­net ou la VOD. Il y a aussi les for­faits illi­mi­tés (mobiles, ADSL, musique) tout comme le nombre de vos “amis” dans les réseaux sociaux. On peut y caser le concept même de l’hypermarché tout comme celui de la longue traine et des inven­taires infi­nis des sites de vente en ligne comme Amazon.

Marketing et gourmandise

L’orgueil : attri­bu­tion à ses propres mérites de qua­li­tés vues comme des dons de Dieu (intel­li­gence, etc.).

Demande : suis-je la plus belle, suis-je le plus malin dans mon achat, ai-je obtenu le meilleur prix (qui relève autant de l’orgueil que de l’avarice) ? Suis-je un client à part et traité aux petits oignons ?

Offre : la com­mu­ni­ca­tion publi­ci­taire qui valo­rise à outrance le consom­ma­teur malin. Tout ce qui per­met d’améliorer son look. Ce qui relève du sur-mesure… dans une cer­taine mesure, car “je suis dif­fé­rent des autres”. Les points et cartes de fidé­lité (qui jouent simul­ta­né­ment avec l’avarice). Les voi­tures de fonc­tion (pour les sala­riés). Tout ce qui relève des concours, des jeux et des clas­se­ments : les concours de star­tups, les prix d’entrepreneur de l’année ou encore le clas­se­ment des blog­geurs de Wikio ! Bref, ce qui per­met de se pen­ser au-dessus de la mêlée. Beau­coup de méca­nismes liés aux réseaux sociaux et à l’émulation que l’on y trouve : nombre d’amis, de ret­weets, les mayors dans Fours­quare, etc. Il y a aussi ce qui traite cer­tains clients avec des égards par­ti­cu­liers : les avan­tages des vols en busi­ness ou pre­mière classe, le trai­te­ment “VIP” dans les événe­ments, les coupe-file dans les musées et autres lieux de visite, le trai­te­ment spé­cial réservé aux jour­na­listes voire à cer­tains blog­geurs ou les bêtas dites “pri­vées” ! Bref, tout ce qui flatte l’égo rentre dans cette caté­go­rie, et il y a de quoi faire !

Publicite et orgueil

Orgueil et publicite

L’impu­reté ou la luxure : plai­sir sexuel recher­ché pour lui-même.

Demande : par exten­sion, le gout du luxe et la volonté de séduire ceux ou celles que l’on désire.

Offre : l’usage qui est fait des femmes dans la publi­cité ou dans le mar­ke­ting opé­ra­tion­nel (notam­ment dans les salons auto­mo­biles). Les créa­tifs des agences de publi­cité raf­folent d’analogies sexuelles ou rele­vant de la séduc­tion homme/femme dans leurs annonces. Cela s’applique sur­tout au mar­ke­ting des­tiné aux hommes, et plus rare­ment aux femmes. Les exemples ci-dessous sont extrêmes : la Mini qui sert sur­tout à ramas­ser des autos­top­peuses, les des­sous d’Aubade qui servent à pié­ger les hommes et puis cette série de publi­ci­tés pour valo­ri­ser l’attractivité… écono­mique du dépar­te­ment des Yve­lines en 2007 qui a été stop­pée en cours de route suite à une plainte d’associations fémi­nistes. La luxure est peu uti­li­sée dans la vente clas­sique, notam­ment chez les star­tups, sauf pour ce qui relève des sites de ren­contre. Et que ce soit clair : je ne vous recom­mande pas d’utiliser ce péché, enfin… dans votre business !

Publicite et sexismePub Conseil General Yvelines 2007

La colère : courte folie entrai­nant par­fois des actes regrettables.

Demande : on peut chan­ger de four­nis­seur car on est en colère contre le four­nis­seur exis­tant, un élément exploité par les concur­rents. S’exprime aussi cou­ram­ment en poli­tique : “les jeunes en colère”, “les marins en colère”, “les agri­cul­teurs en colère”, “colère contre la vie chère”, “colère des syndicats”.

Offre : peu uti­li­sée dans le mar­ke­ting, sauf peut-être pour l’achat d’armes à feu aux USA ! Elle est sur­tout gérée dans le cycle de vente, et plus ou moins adroi­te­ment, dans les centres d’appels qui sont le récep­tacle natu­rel de la colère des consom­ma­teurs. En poli­tique, l’offre se trouve sur­tout chez les par­tis extré­mistes. Exemples du moment : Jean-Luc Mélen­chon ou le FN, mais aussi les révo­lu­tions qui se pro­duisent lorsque l’eau de la colère fait débor­der le vase de la tran­quillité appa­rente d’une dictature.

Melenchon Colere

Voilà pour les péchés capitaux !

On notera que les men­songes n’en font pas par­tie. Ce qui n’empêche pas qu’ils soient abon­dam­ment uti­li­sés dans le mar­ke­ting, la vente, tout comme en poli­tique. Pour­quoi le men­songe n’est-il pas un péché ? Peut-être parce que c’est un com­por­te­ment bi-face, qui a par­fois des ver­tus ou peut se jus­ti­fier. Faire croire au père Noël ne fait-il pas rêver les enfants ? On y trouve aussi l’entrepreneur qui enjo­live son pipe com­mer­cial dans son pitch. Un pro­cédé à éviter tant les chances (ou la mal­chance) sont grandes de tom­ber sur quelqu’un qui connait les clients en question !

Dans l’article sui­vant, nous cou­vri­rons les aspects plus posi­tifs du mar­ke­ting et de la vente en par­cou­rant l’usage qui peut être fait des ver­tus car­di­nales. Nous ver­rons aussi que cer­taines pra­tiques peuvent asso­cier étroi­te­ment péchés et vertus.

url de l’article original: http://www.oezratty.net/wordpress/2011/peches-capitaux-dans-marketing-et-vente/

Retrouvez Olivier Ezratty

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

1 thought on “Les péchés capitaux dans le marketing et la vente par Olivier Ezratty”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This