ActualitéRetail & eCommerce

LivingSocial se lance dans la livraison de plats à domicile… Sans casser les prix !

LivingSocial, le principal concurrent de Groupon outre-Atlantique, a annoncé aujourd’hui le lancement de « Room Service ». Un nouveau service qui propose la livraison de plats hauts de gamme à domicile, depuis les restaurants.

Au menu : plats élégants et travaillés, bougies et serviettes en tissu ! Comme à l’hôtel, il suffit, après le repas, de laisser le tout devant sa porte. Un employé viendra ensuite le récupérer. Toute cette logistique devrait être gérée par LivingSocial.

Parallèlement, le spécialiste des achats groupés, propose également un nouveau service de plats plus basiques à emporter ou destinés à être livrés. Baptisée « Instant Ordering », cette offre s’appuie quant à elle sur un vaste réseau de restaurants.

LivingSocial entreprend ici un virage important dans sa stratégie. En effet, ces deux nouvelles offres doivent être proposées à un tarif normal. Une rupture avec la tradition de l’entreprise qui a pour habitude d’offrir des rabais importants dans différents secteurs : spas, coiffeurs, restaurants etc.

Pour l’heure, ces offres ne sont disponibles qu’à Washington, la ville natale de la société. Toutefois, LivingSocial compte bien, à terme, étendre ces nouveaux services aux autres principales villes américaines.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

2 commentaires

Bouton retour en haut de la page
LivingSocial se lance dans la livraison de plats à domicile… Sans casser les prix !
RGPD: Amazon fait appel de son amende de 746 millions d’euros en Europe
NFT: avec « Sotheby’s Metaverse », la célèbre maison de vente aux enchères s’installe durablement dans le secteur
OVHcloud: le champion français entre en Bourse pour une valorisation à 3,5 milliards d’euros
FinTech : PaySika, une néobanque à la conquête de l’Afrique francophone
Pourquoi Microsoft va-t-il fermer LinkedIn en Chine?
Cyberattaque: face aux rançongiciels, les acteurs de la cybersécurité veulent contre-attaquer