ActualitéMarketing & Communication

Logiciels anti-pub : les éditeurs français préparent leur contre-attaque

Les éditeurs français préparent leur riposte aux logiciels bloquants les publicités en ligne. Et celle-ci pourrait passer par la voie judiciaire. Plusieurs éditeurs français et l’IAB France et pourraient porter plainte dans les prochains jours selon Les Echos.

Face à la montée en puissance de ces logiciels, plusieurs entreprises tentent de contre-attaquer. Secret Media s’est positionné sur ce segment et a développé une technologie qui « réencrypte » la chaîne de caractères (URL, codes…) de chaque publicité afin de la rendre unique et donc indétectable par un adblock. A l’origine du projet : Frédéric Montagnon, ancien président et fondateur d’OverBlog, et ancien fondateur de Nomao (partie intégrante de Teads aujourd’hui) qui s’est lancé dans ce projet depuis New York.

Forte progresse des logiciels anti-pub sur un an

Google a aussi trouvé sa parade. La firme de Mountain View a présenté la semaine dernière sa propre solution qui tente l’équilibre entre suppression des publicités et monétisation des contenus pour les éditeurs. Avec Contributor, les utilisateurs se voient proposer une navigation sans publicités sur plusieurs sites en échange de quelques dollars qui seront reversés aux éditeurs participant au programme.

Selon une étude de PageFair et Adobe publiée en septembre, le nombre d’internautes utilisant un logiciel bloquant les publicités aurait bondi de 69% sur un an à 144 millions d’utilisateurs dans le monde.

Interview de Frédéric Montagnon, fondateur de Secret Media qui édite une solution « anti-ad block » :

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

9 commentaires

  1. C’est odieux comme démarche. C’est le droit de n’importe qui de pouvoir refuser de voir des publicités.

    1. C’est le droit a n’importe qui de pouvoir refuser sur son site une personne qui n’accepte pas la pub en contrepartie d’un travail de qualité ;)

  2. Toutes ces démonstrations n’ont aucune portée et aucune utilité. D’abord parce que le grand public avale sans broncher les publicités (et ce fameux grand public a souvent deux ou trois barres Ask.com et autres parasites installés malgré lui de toute façon), ensuite parce que techniquement aucune loi ne pourra obliger les consommateurs à donner aux publicitaires le contrôle de leur ordinateur.

    Quant à SecretMedia, les contorsions techniques qu’ils pourraient employer me semblent efficaces à court terme (et encore) mais ce sera juste une question de temps, sachant qu’il est très facile de mettre un anti-pub au niveau des DNS, et que de toute façon n’importe qui sait aujourd’hui construire un navigateur customisé sur une souche de Chromium, et y rajouter un contrôle des URL directement au niveau de la couche réseau (et il faudra bien que le moteur d’injection de publicité de SecretMedia passe par le réseau !).

    1. OK, ta daronne à 3 barres ask et sait custom son chromium. Bah bravo.

        1. Pas besoin d’argumenter, t’as rien rien compris a son fonctionnement, c’est tout…

          Le but de secret media c’est de passer à travers les serveurs du webmaster et non plus a travers des serveur dédié au display.

          Et ça c’est juste impossible a bloquer, a moins bien sur de bloquer tout le site…

          1. Ho, j’ai compris grâce à toi, mon ami ! Comme tu es intelligent ! C’est génial alors, personne n’avait pensé à faire héberger toutes les publicités du monde sur le site du webmaster… ça va être génial pour le cost per view…. ho pardon, c’est vrai que je ne comprends jamais rien, désolé d’avoir douté un instant. Et bon courage pour secret media, il va en falloir.

  3. « Les utilisateurs ont été fatigué par une raison qui est difficile a expliqué »

    Il est dans un monde où pour lui il est normal qu’on nous gavent de publicité sans qu’on ai autre mot à dire que le simple fait qu’on ne veuille pas de pub est impensable.

    La raison elle est simple, on veut être tranquille quand on navigue. on veut pas que ces m… viennent nous parasiter.

Logiciels anti-pub : les éditeurs français préparent leur contre-attaque
Covid-19: des grandes écoles tentent le campus virtuel
Apple: les éditeurs de presse dénoncent une commission « excessive » sur l’App Store
Après Google et Microsoft, Amazon lance son service de jeux vidéo à la demande
[DECODE Quantum] A la rencontre de Bruno Desruelles, CEO de Muquans
EdTech: Maria Schools lève 2 millions d’euros auprès de Crédit Mutuel Innovation et de business angels
À Milan, des défilés virtuels pour la Fashion Week