ActualitéBusinessCorrespondantsStartupTechTransport

[Made in Barcelone] Le partage de scooters, Barcelona Activa et Icitst 2016…

Toutes les informations Tech à connaître à Barcelone pour le mois de décembre. 

Fondée en mai 2016, Yugo est un service de partage de scooters électriques sur Barcelone. La start-up compte quatre fondateurs français : Benjamin Viguier, Yann Sander, Tim et et Luc Ougeot. Benjamin Viguier, CEO, répond aux questions de FrenchWeb.

Philippe Baret, correspondant FrenchWeb: D'où vous est venue l'idée de Yugo?

Benjamin-Viguier-yugo-2016Benjamin Viguier, CEO de Yugo: Cela vient du background que l'on a, les quatre co-fondateurs. Nous avons tous travaillé en Allemagne dans l'automobile avant de venir à Barcelone, nous y avons vu un nouveau service de mobilité, la transition de la propriété vers l'usage, l'autonomie appliquée à un modèle de transport urbain. En Allemagne, on a assité à toutes les initiatives de car sharing, ils sont précurseurs là dessus, on l'a vécu en tant qu'utilisateur mais aussi en tant qu'employé dans l'industrie automobile et sa vision stratégique. Là-bas, nous utilisions essentiellement Drivenow et Car2go pour le partage, on utilisait Drivy pour la location les week-ends.

Comment vous démarquez-vous de la concurrence à Barcelone?

C'est plutôt par l'approche que l'on va se différencier. Pour être très clair, nos deux concurrents se ressemblent un peu plus, ils ont investi plus d'un million et demi d'euros pour lancer leur service dans Barcelone, ils ont acheté la technologie, la plateforme et tous les logiciels de gestion du service pour inonder le plus vite possible la ville de scooters et ensuite aller chercher les utilisateurs. A la base, nous n'avions pas l'argent pour faire pareil. Du coup, nous avons développé nous même nos technologies, à la fois sur le hardware et le software, dont l'app utilisateur et l'app réalisée pour optimiser la logistique qui, on le pense, est un des aspects les plus stratégiques et les plus difficiles dans un service de sharing. Ce développement propre fait que l'on est extrêmement agile. Il y a également cet aspect un peu plus lifestyle, communautaire et extrêmement proche de nos utilisateurs étant donné que l'on a conçu un service fait pour nous même. Tous les utilisateurs ont un groupe sur WhatsApp avec les fondateurs, on leur répond 24/24 en mois de deux minutes dans n'importe quelle situation, c'est de la communication qui se fait comme on l'entend nous, c'est à dire avec beaucoup de smileys. On s'adapte également au langage de nos utilisateurs, on aime bien avoir cette relation hyper proche.

Comment se compose votre équipe?

Nous sommes quatre fondateurs francais. Tim était énormément axés sur la communication, le digital marketing, le content management, très lifestyle chez BMW et BMW-Electric. Moi j'étais plutôt vente et business chez Audi, avec un profil un peu transversal au final, mais moins marketing que Tim. Yann, lui avait déjà fait l’expérience de l’entreprenariat par le passé et disposant d’un bon savoir faire en développement frontend, il a très vite pris en charge le développement du produit. Luc, le quatrième, est un peu plus jeune que nous. Il nous a rejoint directement après l'université. Il est spécialisé expérience utilisateur. Tim, Yann et moi avons fait le Grenoble École de Management (GEM), Luc a fait la Burgundy School of Business (sourire), anciennement ESC Dijon. On aime bien dire que l'équipe Yugo, c'est un peu une fratrie. Luc, est le frère de Tim. En plus de notre graphiste, qui est un ami d'enfance de Tim, les deux personnes qui nous ont le plus aidé au départ est le frère jumeau de Yann, «full-stack developper», et mon frère jumeau Thomas qui est ingénieur. Ces deux frères jumeaux, encadrés par Yann, construisent techniquement le produit, l'app et tout ce qui vient derrière. Maintenant, on intègre de nouvelles ressources humaines techniques, on recrute pour du full time sur place à Barcelone.

Comment vous êtes-vous financés?

Yugo-scooterOn est parti avec nos économies, avec au final un système «autonomo», tout était à mon nom sur le papier, nous sommes parti avec disons 30-35.000 euros avec de l'endettement. Très vite, on est allé chercher des fonds parce que nous avions besoin d'aller beaucoup plus vite, auprès d'investisseurs en partie Français essentiellement basés à Barcelone. Ce sont des personnes de notre entourage pour certains mêmes des early adopters qui nous suivent depuis le début. Nous les avons un peu choisi aussi, le but était de faire du smart money, c'est-à-dire d'aller chercher des profils complémentaires qui nous étaient utiles. Donc on a deux profils tech extrêmement software, ce sont des développeurs, ils ont créé une start-up et l'ont revendue à une entreprise ici à Barcelone, on a deux profils très financiers, un profil plus ingénieur hardware aussi. On a donc cinq personnes qui ont pris des parts dans Yugo. Parallèlement, on fait aussi du co-investissement avec de la dette publique, là nous sommes en cours, on a pose des demandes pour des lignes de financement publics.

 

Barcelona Activa

Coaching en groupe, présentations d'entreprises par leur dirigeants, séminaires spécialisés, ateliers techniques Internet… L'agence de développement économique local Barcelona Activa propose un calendrier dense d'activités, pas toujours réservées aux résidents pour chercheurs d'emploi et créateurs d'entreprises. Cette institution tournée vers le concret peut être un bon point de départ pour découvrir le marché du travail local, nouer des premiers contacts et se faire conseiller ou financer via l'incubateur maison, Seedrocket.

Le calendrier des activités Barcelona Activa est à retrouver ici.

 

Extraire l'information des offres d'emploi

Le centre pour les entreprises Nexes, dans la périphérie viticole de Barcelone, propose mercredi 14 décembre une session de trois heures centrée sur l'analyse d'une offre d'emploi en général et les «stratégies pour acquérir plus d'informations» sur l'offre en particulier. Il s'agira notamment d'apprendre les techniques d'enquête sur les compétences actuelles de l'annonceur, de ses nouveaux besoins, pour une prise de décision lors de l'envoi d'un curriculum vitae.

Nexes – Com extreure informació de les ofertes de feina

Decembre 14 – 9h30-13h00 – Prix : Gratuit

nexes

Conversation sur le futur avec Marcos Urarte

Volatilité, incertitude, complexité, ambiguïté… Ingénieur industriel et professeur invité du Massachusetts Institute of Technology (MIT), Marcos Urarte livre mercredi 14 décembre une conférence débat sur la révolution industrielle 4.0 faite de dématérialisation et de numérisation. Pour Marcos Urarte, le processus de «déconstuction digitale» est l'occasion de parler nouvelles stratégies, cultures et expériences client avec en ligne de mire la création de nouveaux modèles d'affaires.

L’Ateneu. Restaurant Petit Comité. 14 Décembre. 9h30 – 11h30. Prix: Gratuit.

Rendez-vous ici pour l'inscription.

ateneu

Atelier marketing Seedrocket

Durant 1h30 lors d'un atelier de l'incubateur Seedrocket, Enrique Jiménez se penchera mardi 13 décembre sur la question suivante: «Quelles actions marketing pour une start-up à la recherche de croissance?». Enrique Jiménez est passé par les départements marketing, commerce électronique et contenu des groupes Ya.com, Baquia.com, Nintendo, MIVA et OMD. Il est aujourd'hui fondateur de l'agence Digital Group.

Barcelona Activa – 13 décembre 10h30-12h00 Prix: Gratuit.

Plus de renseignements ici.

seedrocket

Icitst 2016: Cyber Sécurité

La 11ème conférence sur la technologie internet et les transactions sécurisées (ICITST) se tiendra du 5 au 7 décembre à l'hôtel Plaza de Barcelone. L'ICITST est dédiée aux avancées théoriques et pratiques des transactions sécurisées en ligne, tout spécialement cette année en matière de cyber sécurité. Les forums comparant les différentes recherches universitaires veulent créer des collaborations entre chercheurs et entreprises industrielles. La conférence est sponsorisée par l'Institut des ingénieurs électriciens et électroniciens (IEEE) Espagne.

Catalonia Barcelona Plaza Hotel – 5 – 7 décembre – Prix : 30 à 600€.

Catalonia Barcelona Plaza Hotel

Nips Conférence 2016 – Annual Conference on neural information processing systems

Neural Information Processing Systems (NIPS) est une conférence scientifique annuelle en intelligence artificielle et neurosciences computationnelles couplée à cinquante ateliers pratiques. La 13ème conférence se tient à Barcelone du 5 au 10 décembre au Centre International de Conventions avec notamment la participation du Français Yann Lecun (université de New York, Facebook) spécialisé dans l'apprentissage prédictif.

Centre de Convencions Internacional de Barcelona (CCIB) – 5 – 10 décembre (inscription avant 27 nov) – Prix : entre 50 et 350$

Centre de Convencions Internacional de Barcelona

ICDM 2016

Le World Trade Center de Barcelone propose du 12 au 15 décembre une conférence sur l'Exploration de données ou «data mining». Il y sera question d'algorithmes, de logiciels, de systèmes et d'applications dans le domaine des statistiques, de l'apprentissage automatique, de l'identification des schémas, des bases de données, de la visualisation, des superordinateurs et des systèmes à base de connaissances. La conférence est mise en place par Eurecat, le centre de technologie de Barcelone.

IEEE International conference on data minig series – ICDM 2016

World Trade Center de Barcelona – 15 décembre. Prix : 450 à 1000 euros.

Philippe-Baret-2016

 

Philippe Baret est journaliste et entrepreneur entre Barcelone et la France. Ex manager chez eDreams.com, service-public.fr et pokernews.com.

Twitter

 

Tags

Les correspondants

Les correspondants des Frenchweb en France et à l'international
[Made in Barcelone] Le partage de scooters, Barcelona Activa et Icitst 2016…
RH: la startup Elevo lève 1 million d’euros pour sa plateforme de suivi des collaborateurs
[DECODE] La grande distribution française et les GAFA, un pacte avec le diable ?
Weeby, SynLab, CCMSA : focus sur les offres d’emploi du jour
La Libra n’est « pas la bienvenue en Europe »
Orange vend sa filiale en difficulté au Niger
licorne
La Chine compte désormais plus de licornes que les Etats-Unis
Copy link