ActualitéBusinessHealthcareInvestissementsLes levées de fondsStartup

MedTech : Sim&Cure lève 3 millions d’euros pour améliorer le traitement de l’anévrisme cérébral

Toutes les 18 minutes, une personne dans le monde est victime d’un anévrisme cérébral. En France, entre 1 et 2% de la population serait porteur d’un anévrisme, sans même le savoir. Débouchant sur une hémorragie, ce type d’AVC se révèle très souvent mortel. Dans ce contexte, la start-up montpelliéraine Sim&Cure a créé des solutions pour améliorer les traitements neurovasculaires de l’anévrisme cérébral. 

Pour accélérer son développement, la société annonce aujourd’hui un tour de table de 3 millions d’euros mené par Elaia avec IT Translation. Cette levée de fonds s’inscrit dans la vague d’investissements au sein de la MedTech française au cours de ces derniers mois. Parmi les opérations les plus importantes, DNA Script a levé 35 millions d’euros en mai pour faire de l’ADN synthétique un levier vers la médecine prédictive et personnalisée, tandis que Therapixel a bouclé un tour de table de 5 millions d’euros en mars pour améliorer le dépistage du cancer du sein.

Un marché à 3 milliards d’euros en 2020

Fondée en 2014 par Mathieu Sanchez et Vincent Costalat, Sim&Cure a développé une suite logicielle destinée à améliorer le traitement de l’anévrisme cérébral par voie endovasculaire. Ce dernier repose sur la mise en place d’une prothèse neurovasculaire permettant d’exclure l’anévrisme du flux sanguin. «Celle-ci est surdimensionnée 92% du temps, or un surdimensionnement excessif diminue l’efficacité du traitement et augmente ainsi la probabilité d’échec de l’intervention de 25 à 30%», explique la société. 

Pour éviter que l’implant ne soit mal positionné ou à la mauvaise taille, la technologie de Sim&Cure permet d’assister le chirurgien dans la préparation de son intervention pour qu’il puisse gagner en précision. Concrètement, la solution Sim&Size simule chaque taille et type d’appareil pour fournir au chirurgien les informations nécessaires au bon dimensionnement de la prothèse. A ce jour, la suite logicielle développée par la société a été utilisée pour traiter plus de 1 500 patients dans 250 hôpitaux à travers le monde. L’entreprise estime que le marché des dispositifs neurovasculaires représentera 3 milliards d’euros en 2020.

Ce tour de table doit permettre à l’entreprise montpelliéraine d’attaquer le marché américain avec l’ouverture d’une filiale aux États-Unis et de renforcer ses effectifs. La société, qui compte 18 collaborateurs à l’heure actuelle, prévoit de recruter une dizaine de personnes supplémentaires d’ici la fin de l’année. «Notre objectif pour les années à venir est de reproduire le modèle européen aux États-Unis et de faciliter l’accès au logiciel. Nous croyons sincèrement que Sim&Size pourrait devenir un traitement standard pour l’anévrisme cérébral. Nous prévoyons également de lancer un nouveau cycle de recherche et développement afin de sécuriser davantage le traitement du patient en fournissant encore plus d’informations aux médecins avant l’opération», indique Mathieu Sanchez, co-fondateur et CEO de Sim&Cure. 

Sim&Cure : les données clés

Fondateurs : Mathieu Sanchez et Vincent Costalat
Création : 2014
Siège social : Montpellier
Activité : traitement de l’anévrisme cérébral
Financement : 3 millions d’euros en mai 2019

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA Pour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media

Sur le même sujet

Share This