BusinessDecode BusinessLegalTechTechTV

Yousign accueille eFounders à son capital pour faire face aux géants américains de la e-signature

Interview avec Quentin Nickmans, cofondateur d'eFounders

  • Les solutions de signature électronique permettent de garantir l’intégrité des documents numériques et ainsi d’accélérer les workflows au sein des entreprises et organismes.
  • Elles servent quasiment tous les secteurs: les ressources humaines, l’éducation, la recherche, les banques, les services financiers, l’assurance, les organismes gouvernementaux, la santé, le droit, l’immobilier, l’industrie ou encore l’ingénierie.

Comme nous l’écrivions la semaine dernière lors du rachat du Parisien LegalBox par Oodrive, le marché mondial de la signature électronique devrait valoir 5,5 milliards de dollars en 2023. En 2018, il en valait 1,2 milliard de dollars. Le marché se voit propulsé par des investissements croissants, des solutions de sécurité de plus en plus performantes, une efficacité opérationnelle accrue et une expérience client end-to-end augmentée.

L’Europe, via la réglementation eIDAS (2016), et les Etats Unis, via le ESIGN Act (2000), se sont également dotés de réglementations rendant l’usage de la signature électronique légalement reconnu. En Europe, la France fait partie des pays moteurs du secteur, avec le Royaume-Uni et l’Allemagne. Si les Etats-Unis restent le premier marché du secteur aujourd’hui, l’Europe devrait connaître le taux de croissance composé annuel le plus élevé dans le monde sur la période.

« Bâtir le leader européen de la signature électronique »

Au sein de cet écosystème en pleine croissance, le start-up studio franco-belge eFounders vient de prendre une participation minoritaire au capital du spécialiste normand de la signature électronique Yousign. Les deux entités se donnent pour objectif de « bâtir le leader européen de la signature électronique ».

« On est avant tout des associés des fondateurs« , a indiqué à FrenchWeb Quentin Nickmans, cofondateur d’eFounders. « Les fondateurs restent majoritaires au capital. (…) Nous reprenons le rôle de certains actionnaires historiques de l’entreprise, des business angeles et fonds », a-t-il précisé.

DocuSign, « seul vrai concurrent » en Europe

Yousign et eFounders n’entendent pas aujourd’hui s’attaquer aux Etats-Unis. Outre-Atlantique Docusign et Adobe Sign dominent le marché. Mais aussi Secured Signing, Gemalto, Signix, Entrust Datacard, Ascertia ou eSignLive. Yousign et eFounders visent au contraire à se concentrer aujourd’hui sur l’Europe. Yousign espère mieux s’y adapter aux marchés et aux cultures locales que ses concurrents américains.

« Sur le marché européen en général (…), il n’y a pas d’acteur leader qui sorte du lot », a ajouté M. Nickmans, cofondateur d’eFounders. Mais « dans nos régions et dans le secteur des PME, on va surtout voir DocuSign », une « marque très connue » qui représente « vraiment le seul vrai concurrent », a-t-il souligné.

Une ambition européenne déjà exprimée

Fondé en 2013 à Caen par Luc Pallavidino et Antoine Louiset, Yousign développe des solutions qui permettent de signer tous les documents officiels en ligne, notamment des contrats, des devis ou encore des accords de confidentialité. L’entreprise a levé un total de 3,6 millions d’euros auprès de Bpifrance, Normandy Participations, Alto Invest et NFactory. Active en France, et désormais en Allemagne, au Royaume-Uni et en Espagne après cette nouvelle alliance avec eFounders, elle revendique plus de 1 500 clients. Parmi eux figurent Auchan, Cisco, Allianz, Sellsy, Crédit Agricole, Fiat Chrysler Automobile ou encore Axa. Lors d’une levée de 3 millions d’euros en janvier 2018, Yousign affirmait déjà son ambition de devenir un acteur majeur européen de la signature électronique, notamment à l’occasion de l’entrée en vigueur du RGPD.

Yousign pourra profiter des capacités d’eFounders en produit et marketing, ainsi que de son expérience du SaaS à l’international. Le start-up studio franco-belge a accompagné depuis sa création en 2011 par Thibaud Elzière et Quentin Nickmans 20 start-up. Parmi elles: AircallSpendeskFront, Mention, Slite, TextMaster, Hivy, Station ou encore Upflow. Elle s’est donnée pour ambition de faire émerger les futurs champions de la Tech française et européenne dans le sillage de Rocket Internet, pionnier en la matière fondé en 2007 à Berlin. Station et Site ont rejoint le prestigieux accélérateur américain Y Combinator, tandis que Mention et TextMaster ont respectivement été acquis par MyNewsDesk et Technicis.

Retrouvez l’interview complète de Quentin Nickmans, cofondateur d’eFounders:

Tags

Patrick Randall

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA. Pour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media
Yousign accueille eFounders à son capital pour faire face aux géants américains de la e-signature
Macron débloque 5 milliards d’euros pour doper le financement des startups
Next Station lève 1 million d’euros pour étendre sa plateforme de recrutement à l’étranger
Comment passer de l’outil digital en silo à un système de soins transformé?
La Nouvelle-Calédonie, seule terre d’Outre-mer lauréate des « Territoires d’innovation »
WeWork va « probablement repousser » son introduction en Bourse à octobre
Rendre les drones plus sûrs, un impératif pour toute l’industrie
Copy link