ActualitéMarketing & CommunicationRetail & eCommerce

Messagerie instantanée : WeChat lance une marketplace intégrée

Les messageries instantanées s’activent en matière de monétisation de leur audience. Le Chinois WeChat accélère le pas en laissant la possibilité aux entreprises d’ouvrir directement des boutiques sur Weixin, la version chinoise (la version internationale étant connue sous le nom de WeChat). L’expérience utilisateur a été pensée de sorte que les membres n’aient pas à quitter l’application pour effectuer les paiements. Son système mobile, dans un premier temps pensé pour régler des achats de jeux, avait été lancé au cours de l’été 2013.

Cette nouvelle marketplace n’est cependant pas totalement ouverte puisque seuls les comptes vérifiés peuvent commencer à mener des opérations commerciales. Ces derniers ont par la suite accès à un intranet leur permettant d’ajouter de nouveaux objets, mais également de consulter les stocks et obtenir des statistiques sur les ventes.

L’application, filiale du conglomérat Tencent, n’en est pas à ses débuts puisqu’elle avait déjà proposé à ses quelque 350 millions d’utilisateurs l’achat de billets d’avion au départ de Guangzhou et Shenzhen. Pour accélérer, Tencent, le conglomérat propriétaire de WeChat, a pris une participation de 15% dans JD.com, l’un des principaux e-commerçants chinois, en mars. Une opportunité pour créer de futures synergies. Ce dernier a d’ailleurs levé fin mai 1,8 milliard de dollars lors de son introduction en bourse sur le Nasdaq pour une valorisation à plus de 26 milliards de dollars.

Le marché des messageries instantanées est de plus en plus compétitif, en particulier en Asie où la plupart des applications se lancent dans l’e-commerce pour monétiser leur audience. Le japonais Line s’est ainsi déjà lancé dans l’e-commerce en vendant des smartphones sur sa plate-forme et a affiché 338 millions de dollars de revenus l’an passé, le Sud-Coréen KakaoTalk a vu son chiffre d’affaires atteindre les 203 millions de dollars en 2013, pour 59 millions de dollars de bénéfices. Un modèle économique qui les différencie de WhatsApp, racheté par Facebook pour 19 milliards de dollars, qui facture 0,99 dollar par an après une première année gratuite.

Tags

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

Messagerie instantanée : WeChat lance une marketplace intégrée
Voyage: les résultats trimestriels d’Expedia frappés de plein fouet par la pandémie
Jeux vidéo: les résultats trimestriels d’Electronic Arts dépassent les attentes
La Silicon Valley résiste à la pandémie, affichant des profits insolents
Lutte contre les infox : le CSA demande plus d’efficacité et de transparence aux réseaux sociaux
Coronavirus : Orange limite la casse au premier semestre
Kiosques en ligne : Cafeyn s’offre le Néerlandais Blendle pour devenir un champion européen
Copy link