A la uneActualitéParis

Paris et les villes françaises face aux défis de la «smart city»

La «smart city» ou «ville intelligente», c’est l’expression à la mode attendue comme le remède à tous les maux de la ville moderne. Si le phénomème intéresse surtout les villes de plus de 500 000 habitants, c’est parce qu’il promet de résoudre à peu près tous les problèmes quotidiens que vit le métropolitain grâce à un air plus pur, des rues et des transports plus propres, des informations plus accessibles, ou en encore une participation plus importante. La ville du futur à développer représente plus de 506 milliards de dollars de dépenses au niveau mondial. En croissance de 14% chaque année, le marché devrait avoir doublé d’ici 2019, à plus de 1 200 milliards, selon la dernière étude du Transparency Market Research.

Comme les métropoles mondiales, Paris ne veut pas rater le tournant et a présenté son cette semaine. Baptisé «Paris intelligent et durable, perspective 2020 et au-delà», il devra mobiliser en tout 1 milliard d’euros. Avec «Réinventer Paris» ou encore «Paris Data», la capitale dispose déjà d’une importante batterie d’expérimentations en tout genre sur le sujet. Pour les observateurs de l’étranger qui l’ont classé dans un Top 10 en 2014, Paris apporte de réelles avancées pour la ville de demain grâce aux moyens de locomotion partagés que sont AutoLib et Vélib et qui ont été adopté par les Parisiens.

Montpellier, Nancy, Issy-les-Moulineaux

La méthodologie pour classer les villes européennes n’est néanmoins par la même pour tout le monde. L’approche scientifique du Planning for Energy Efficient Cities ne distingue pas Paris parmi les «Smart cities», préférant observer en France les innovations de Montpellier (19e), première ville française à ses yeux, Nancy (23e), Poitiers (25e) ou encore Dijon (35e). Pour se démarquer, Paris doit d’ailleurs aussi inscrire sa «smart» réflexion dans celle du Grand Paris, dont les réalisations concrètes sont encore plus lointaines que celles de la «ville intelligente». Elle pourra toutefois compter sur sa voisine Issy-les-Moulineaux, classée fin 2014 par la Commission européenne parmi les villes les plus avancées d’Europe. Issy qui accueille d’ailleurs le siège français de Cisco; l’Américain qui s’est engagé auprès du gouvernement français à tester un projet pilote sur le sujet.

Paris sera-t-elle la ville française en pointe dans les cinq prochaines années ? Comme toute métropole, elle est, plus que les autres, confrontée à un défi environnemental : «A Paris, plus de 98 % des énergies utilisées sont importées (carburants, fioul, gaz, électricité), soit seulement 2 % seulement étant produits localement, dont un peu moins de la moitié d’origine renouvelable», indique la Ville.

Les précisions de Jean-Louis Missika, adjoint au Maire en charge de l’urbanisme :

La « Smart City», les secteurs concernés :

smart-city

Tags
Microsoft Experiences les 3 et 4 octobre 2017

Jeanne Dussueil

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This