A la uneActualitéEdTechServicesStartupStartup Channel

Pili Pop transforme les tablettes en prof d’anglais pointilleux sur la prononciation

Comment apprendre aux enfants à parler anglais avec un superbe accent british ? Créer une application ludique capable de le faire répéter s’il ne prononce pas correctement le vocabulaire ! Elsa Prieto, Soiny Duval et Eugène Ernoult ont mis au point une application disponible sous iOS permettant de converser avec les petits élèves. Pili Pop a été lancée à l’automne 2013.

Les enfants y jouent à des jeux éducatifs pour débuter dans l’apprentissage de l’anglais grâce à la tablette numérique de ses parents. Sur 1 600 familles abonnées, 65% sont à l’étranger, l’application étant utilisable quelle que soit la langue maternelle de l’enfant, avant même qu’il ne sache lire. Les parents suivent l’évolution de la pratique de leur enfant grâce à la réception régulière d’un compte-rendu de son activité sur Pili Pop.

La start-up Pili Pop Labs a dégagé environ 78 000 euros de chiffre d’affaires sur 2014 et cherche à lever 500 000 euros.

Plus de détails avec Eugène Ernoult, cofondateur de la start-up qui édite Pili Pop:


Fondateurs : Elsa Prieto, Soiny Duval et Eugène Ernoult

Siège social : Paris

Création : 2012

Chiffre d’affaires: environ 78 000 euros sur 2014

Financement: cherche à lever 500 000 euros

Adeline Raynal

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Pili Pop transforme les tablettes en prof d’anglais pointilleux sur la prononciation
[Made in océan Indien] Quelle est cette startup mauricienne qui veut digitaliser le secteur médical africain?
La stratégie du média Brut pour séduire les jeunes à l’international
Comment gérer les files d’attente avec le numérique?
FinTech: pourquoi Stripe s’allie à des banques traditionnelles comme Goldman Sachs et Citigroup
Face à la Chine, les États-Unis poursuivent leur révolution technologique militaire
covid
Cyberattaque: la chaîne logistique des vaccins contre le coronavirus prise pour cible, révèle IBM