ActualitéMarketing & CommunicationMedia

[Présidentielle] Politic-Ratings et Minute 2012 : deux nouveaux thermomètres politiques

A 70 jours du premier tour des élections présidentielles, les nouvelles initiatives se multiplient sur la toile. Parmi elles : Minute 2012 et Politic-Ratings.com. Les détails.

MinuteBuzz vient de lancer, en partenariat avec le Nouvel Observateur, une nouvelle plateforme dédiée aux prochaines élections présidentielles. L’idée est de découvrir la campagne via le spectre des réseaux sociaux et de retrouver un condensé des informations à ne pas louper. On retrouve donc sur la homepage de courts articles qui relayent les dernières actualités rythmant cette campagne, et, à gauche, une colonne qui liste les tweets marquants liés à la présidentielle.

Lancé ce week-end par Serge Bénichou (UrbanProfile, réseau social de l’immobilier), Politic-ratings est, quant à lui, un nouveau réseau social qui permet aux internautes de noter tous les politiques. Au menu : fiches détaillées des différentes personnalités politiques – de l’élu local au leader national – créées par eux-mêmes ou les utilisateurs. La plateforme, disponible en anglais et français, propose de commenter, noter leurs actions et de participer à des sondages et forums. Elle se veut démocratique, citoyenne et internationale.

Entretien avec Serge Benichou, qui revient sur le lancement de Politic-ratings :

 

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
[Présidentielle] Politic-Ratings et Minute 2012 : deux nouveaux thermomètres politiques
RGPD: Amazon fait appel de son amende de 746 millions d’euros en Europe
NFT: avec « Sotheby’s Metaverse », la célèbre maison de vente aux enchères s’installe durablement dans le secteur
OVHcloud: le champion français entre en Bourse pour une valorisation à 3,5 milliards d’euros
FinTech : PaySika, une néobanque à la conquête de l’Afrique francophone
Pourquoi Microsoft va-t-il fermer LinkedIn en Chine?
Cyberattaque: face aux rançongiciels, les acteurs de la cybersécurité veulent contre-attaquer