A la uneTech

Quel est l’état d’esprit à adopter pour utiliser efficacement les nouvelles technologies

Dans un monde désormais digital et connecté, l’état d’esprit des individus autour des nouvelles technologies s’est-il adapté aux changements majeurs qui ont découlé de l’arrivée du numérique dans nos sociétés ? Pour Eddie Obeng, qui a créé il y a 25 ans l’école en ligne «The Virtual Business School», cet état d’esprit est pour l’heure loin d’être idéal. «Le principal message à retenir, c’est que les gens ne pensent pas vraiment de manière correcte au sujet de la technologie», affirme-t-il à l'occasion de la conférence USI qui s'est tenue à Paris fin juin.

A ses yeux, la plupart des citoyens du monde entier et les entreprises sont encore enfermées dans des schémas trop traditionnels et en décalage avec l’époque actuelle. «Penser la technologie comme un moyen d’économiser de l’argent ou de remplacer des emplois par des robots, c’est un mauvais état d’esprit», note Eddie Obeng.

Selon lui, il est primordial de définir en amont les besoins et les objectifs avant de choisir la technologie la plus adaptée. Il estime en effet qu’il y a trop de dirigeants qui investissement dans les nouvelles technologies sans comprendre leur utilité. «Quand le monde va plus vite, vous devez changer les modèles d’apprentissage», explique-t-il. Et de soulever une question : «Comment pouvons-nous utiliser la technologie pour transformer des personnes ordinaires en super-humains ?»

Fondateur : Eddie Obeng

Création : 1992

Activité : école en ligne 

Lire aussi : 5 conférences USI à (re)voir

Maxence Fabrion

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE MEDIA
Bouton retour en haut de la page
Quel est l’état d’esprit à adopter pour utiliser efficacement les nouvelles technologies
Apple se dit prêt à réintégrer le réseau social conservateur Parler sous conditions
Loin des fantasmes, pourquoi les futures smart cities ne seront pas des villes 100% Tech
Face à Starlink, OneWeb lève 400 millions de dollars auprès de SoftBank et Hughes
Streamland Media rachète les activités post-production de Technicolor pour 30 millions d’euros
Le CES 2021 déçoit, exposants et visiteurs ne sont pas au rendez-vous
Robots logistiques: pourquoi Scallog se lance aux Etats-Unis