A la uneComTV

Quelle stratégie pour le gouvernement sur les réseaux sociaux?

En avril 2015, le gouvernement publiait sur les réseaux sociaux une infographie pour promouvoir la réforme territoriale. A la surprise de nombreux utilisateurs de Twitter et de Facebook, celle-ci reprenait les codes de la série Game of Thrones. «Il est important pour nous d'arriver à briser le cercle des gens qui s'intéressent traditionnellement à la politique (…) Notre objectif, c'est de parler au grand public», explique à Frenchweb Romain Pigenel, directeur adjoint en charge du numérique au service d'information du gouvernement (SIG).

Dans les années 2000, ce dernier rédigeait déjà un blog pour le Parti socialiste. Et en 2012, il prend la tête de la cellule Internet de François Hollande à l'Elysée avant de rejoindre le SIG. Placé sous la direction de Christian Gravel depuis 2014, et sous l'autorité du Premier ministre, cette structure compte aujourd'hui environ 80 collaborateurs. En matière de numérique, elle effectue notamment une veille sur les réseaux sociaux et sur le Web, coordonne la communication entre les différents ministères et communique au nom du gouvernement sur les différents canaux de communication, comme le compte @gouvernementFR sur Twitter.

Avec les autres ministères, le SIG effectue également une mission de conseil avec les chargés de communication des ministres afin de veiller à une certaine cohérence. Dans cette interview, Romain Pigenel revient également sur le dispositif de communication de crise adopté sur les réseaux sociaux lors des attentats des attentats de janvier 2015 (interview enregistrée avant les attentats du 13 novembre). «Nous avons, au sein du SIG, un service qui s'appelle 'communication de crise'», explique-t-il. «Nous avons transformé pendant ces quelques jours les comptes Twitter et Facebook du gouvernement en vecteur d'informations fiables, sans fioritures justement».

Interview de Romain Pigenel, directeur adjoint en charge du numérique chez Service d'Information du Gouvernement (interview enregistrée avant les attentats du 13 novembre) :

[Emission sponsorisée par Netino]

[tabs]
[tab title= »Politique & social media »]

J.Mani_Netino

L’avis de Jérémie Mani, PDG de Netino, société spécialisée dans la modération sur le Web et les réseaux sociaux :

C’était en 2012. Le Nouvel Obs révélait une petite phrase off du Premier Ministre Ayrault : « Sur les réseaux sociaux, les moindres couacs, même s’ils sont évitables, deviennent des affaires d’Etat ». On sentait la méfiance de nos gouvernants mais les temps changent visiblement ! Désormais, le gouvernement s’est emparé du sujet au point de rechercher par tous moyens la connivence avec les twittos et membres Facebook.

Est-ce le rôle d’une Institution public de tomber dans le divertissement pour attirer l’attention, comme le font les marques de grande consommation ? Avec des références à Star Wars, House of Cards, Game of Thrones, des LOLcats… Romain Pigenel s’en défend avec conviction et rappelle qu’il ne s’agit que d’une minorité de Posts, dans un monde où l’on zappe sans cesse d’une actu sérieuse à une qui l’est moins.

Et ce positionnement se défend d’autant plus que l’on imagine à quel point s’ouvrir aux réseaux sociaux les expose aux coups. Coups d’opposants, de trolls divers et variés… voire de medias ! Lors du débat sur la Loi Renseignement, ces derniers s’étaient rendu compte que le « vrai-faux » officiel, publié sur la page Facebook, était quelque peu erroné. Pire, que les commentaires signalant ces erreurs étaient systématiquement supprimés. Début de bad buzz… Mais vite éteint par une communication astucieuse affichant en toute transparence le nombre de commentaires publiés, celui des commentaires refusés et précisant ceux retirés à tort. Un mea culpa assez rare, c’est tout à leur honneur !

[/tab]
[/tabs]

[tabs]

[Contenu sponsorisé par Netino]

Tags
Microsoft Experiences les 3 et 4 octobre 2017

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This