Les contributeursLes Experts

Quelles leçons tirer de huit années d’entrepreneuriat?

Par Vincent Klingbeil, co-fondateur d'Ametix

Leçons tirées de huit années d’entrepreneuriat, de la création à la revente d’Ametix.

En bref

Si vous n’avez pas le temps de lire plus que cette phrase: je quitte aujourd’hui mes fonctions de directeur général d’Ametix, société que j’ai cofondée en 2011 puis revendue à Docaposte (Groupe La Poste) en 2017. J’annoncerai très bientôt le début de ma prochaine aventure entrepreneuriale mais, avant cela, voici les quelques leçons que je tire de ces huit années d’entrepreneuriat.

Créer son entreprise, c’est un peu comme donner la vie. Développer sa société ou élever son enfant, ce n’est pas si différent. Dans un cas comme dans l’autre arrive tôt ou tard le jour où il faut les laisser voler de leurs propres ailes. J’ai encore le temps pour mes garçons, ils n’ont que cinq et deux ans. Mais ce jour est arrivé en ce qui concerne Ametix, l’entreprise que j’ai cofondée en avril 2011 avec Patrick Bunan puis que nous avons revendue au groupe La Poste via sa filiale Docaposte en 2017.

Alors que je m’apprête à laisser s’épanouir Ametix loin de moi, et avant de m’investir dans ma prochaine aventure entrepreneuriale, je souhaite partager avec vous l’histoire de ces huit années d’expériences exceptionnelles et intenses, riches de succès et d’enseignements.

J’espère que ce partage permettra à de jeunes (et moins jeunes) entrepreneurs d’éviter certains écueils et qu’il leur donnera l’énergie pour mener à bien leur projet. Puissent ces quelques lignes leur épargner certaines erreurs et leur communiquer la détermination nécessaire pour réussir. Alors ma démarche n’aura pas été vaine.

«Le succès c’est d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme» — Winston Churchill.

Ametix a changé ma vie. Cette aventure a transformé le jeune avocat lassé par son métier en un entrepreneur passionné, épanoui et heureux. Entre les deux, combien d’échecs, combien de portes closes, mais aussi combien de rencontres et de victoires. Et surtout: combien de leçons!

J’éprouve un sentiment mêlé de fierté, de gratitude et de satisfaction. De la fierté parce qu’après seulement huit ans d’existence, Ametix compte parmi les sociétés influentes du paysage digital. Ametix a connu une ascension fulgurante avec plus de 100% de croissance par an et elle rassemble aujourd’hui plus de 500 collaborateurs. L’entreprise a triplé de taille depuis la prise de participation de Docaposte en 2017.

Je ressens beaucoup de gratitude car Ametix n’aurait jamais autant performé sans l’implication de ses équipes, sans l’engagement de mon ami et associé Patrick Bunan, puis de Stéphane Boukris, qui nous a rejoints quelques années plus tard. Ametix n’aurait pas connu un si grand succès sans l’appui de nos partenaires et de nos clients.

Je suis infiniment reconnaissant pour la confiance que nous ont accordée les dirigeants de Docaposte en intégrant Ametix au sein du Groupe La Poste.

Mes associés et moi-même avons beaucoup appris aux côtés d’Olivier Vallet, Nathalie Collin, Frédéric Dufaux, Roland André, Xavier Monmarché, Jean-Marc Steffann, Philippe Arnaud, Magali Lafran, Cécile Gautron, Jean Baptiste Morin, André Vital, Michel Cordier, Laure Plassoux, ainsi que toutes leurs équipes.

Cette intégration est un vrai succès: la croissance d’Ametix est encore plus intense depuis le rachat. Docaposte a fait preuve d’un tel savoir-faire et d’une telle bienveillance à notre égard que tous ensemble nous avons réussi à faire d’Ametix une entreprise reconnue sur le marché.

D’aucuns nous avaient assuré qu’intégrer un grand groupe ne serait pas évident, mais notre propre expérience nous enseigne plutôt que tout est histoire d’hommes. Ainsi, deux facteurs clefs ont présidé au succès de l’intégration d’Ametix au sein de Docaposte: d’une part, l’infinie bienveillance des top managers du groupe La Poste à notre égard et, d’autre part, l’indépendance, l’autonomie qu’ils nous ont accordées. Ils ont su nous intégrer sans nous désintégrer.

Nous sommes pleinement satisfaits car, en huit ans, pas un jour ne s’est écoulé sans que nous soyons absolument ravis de travailler pour Ametix puis pour Docaposte. Je ne garderai que d’excellents souvenirs de cette aventure formidable.

Avant, mon parcours professionnel m’apparaissait décevant. Certes j’avais obtenu les bons diplômes après des études intellectuellement stimulantes et j’exerçais dans l’un des meilleurs cabinets d’avocats d’affaires. Pourtant je m’ennuyais ferme dans ce métier. J’étais davantage passionné par le web et j’avais la fibre entrepreneuriale chevillée au corps, je voulais lancer ma startup. J’ai d’ailleurs fait deux tentatives qui se sont soldées par deux échecs. À l’époque ces revers m’apparaissaient profondément injustes dans la mesure où j’avais bûché jour et nuit avec beaucoup de détermination sans récolter les fruits de mon travail. Il m’aura fallu attendre le succès d’Ametix pour comprendre combien ces difficultés, ces déboires, ces déconvenues, n’avaient pas été vains. Car Ametix n’aurait jamais connu cette croissance magistrale si je n’avais pas su tirer les leçons des épreuves passées qui ont tant galvanisé ma détermination et ma volonté d’y arriver.

Et si, en fait, l’échec était la clef du succès?

C’est l’une des réflexions qui m’animent alors que je regarde a posteriori mon parcours et que j’en tire un certain nombre d’instructions. Quelques leçons bien utiles que je souhaite partager avec vous.

La clé d’une aventure réussie: se connaître et se relever.

“Connais-toi toi-même, et tu connaîtras l’univers et les Dieux” — Socrate

Voulez-vous réussir votre entreprise?

Alors répondez d’abord à deux questions:

  1. Quels sont vos « skills », vos compétences, vos points forts?
  2. Dans quel type de projet ces compétences vous permettront-elles d’exceller?

Pour ma part, je suis d’un tempérament passionné, je connais bien l’univers du digital, je suis un très bon business developper et j’ai beaucoup d’énergie à communiquer aux équipes. Le cocktail parfait pour proposer des services digitaux à des entreprises du CAC 40 en montant une équipe commerciale solide.

«Quand on concentre son attention sur un seul projet, l’esprit suggère constamment des idées et des améliorations qui lui échapperaient s’il était occupé avec plusieurs projets en même temps» — P.T Barnum

Voulez-vous avancer vite en évitant les écueils?

Alors respectez votre ADN et hiérarchisez vos priorités. En dirigeant Ametix, mes associés et moi-même avons compris qu’il existait une distinction fondamentale entre diversification et dispersion.

Jour après jour, expérience après expérience, nous nous sommes rendu compte qu’il fallait éviter toute dispersion. Au contraire, il faut rester focus sur le métier que l’on maîtrise le mieux.

«L’entrepreneuriat est une affaire d’énergie» — Wanda Bonet-Gascot

Parmi les facteurs indispensables au succès, il y a l’énergie. Rien n’est possible sans elle. Pour Ametix, je me suis impliqué comme jamais! Pendant les trois premières années, je n’ai connu ni week-end, ni vacances. En huit ans, j’ai passé des milliers d’heures au bureau avec les équipes, j’ai fait des milliers de réunions à penser stratégie avec mes associés, j’ai organisé des milliers de rendez-vous avec des prospects, des milliers d’entretiens avec des candidats ; j’ai networké pendant des milliers de petits déjeuners, de déjeuners, de cafés et de soirées. Résultat: je rencontre en moyenne 500 nouvelles personnes par mois. Ce qui fait autant d’opportunités pour réaliser des affaires. Et c’est bien là un autre facteur du succès d’Ametix: je n’ai jamais travaillé sur le court terme ; au contraire, au fil de mes nouveaux contacts, j’ai toujours essayé d’anticiper les projets futurs…

La vie d’entrepreneur est une série de montagnes russes émotionnelles.

«La vie peut nous mettre au tapis, mais c’est à nous de choisir si l’on veut ou non se relever» — Jackie Chan dans Karaté Kid.

Le chemin de l’entreprise est semé d’embûches et j’en ai eu ma part. Il ne faut pas en avoir peur car c’est l’audace qui fait l’entrepreneur. Peu importe les problèmes et les difficultés, l’essentiel est de s’en relever toujours et encore, inlassablement. La résilience est intrinsèquement liée à la réussite. Aussi ai-je toujours été déterminé, volontaire, tenace, d’une persévérance à toute épreuve et d’un optimisme inébranlable…

Quand on est entrepreneur, les statistiques sont contre nous. Les probabilités de ne pas y arriver sont supérieures à celle de la réussite. Il faut néanmoins vivre avec et accepter la «peur du vide». On ne sait pas où on en sera dans trois mois, six mois, un an mais il faut faire preuve d’un grand optimisme en se disant qu’on y arrivera!

«Je peux accepter l’échec, tout le monde rate quelque chose. Mais je ne peux pas accepter de ne pas essayer» — Michael Jordan.

À la tête d’Ametix, nous avons eu beaucoup de périodes de doute.

Dans ces moments-là, j’ai eu la chance d’être soutenu par mes proches.

Je dois énormément à Julie, mon épouse, la première à toujours m’encourager. Lorsque j’hésitais entre revenir au métier d’avocat ou me lancer dans un nouveau projet entrepreneurial, Julie m’a énormément soutenu en m’incitant à m’investir dans l’aventure plutôt que de céder à la facilité. J’ai donc quitté la robe pour le web!

Par ailleurs, ma rencontre avec mon associé Patrick Bunan a été décisive. Nous nous sommes trouvés lors d’un dîner de famille, et nous avons eu illico l’un pour l’autre ce coup de cœur qui fait les grandes amitiés. Patrick a révélé en moi des qualités d’entrepreneur que je ne soupçonnais même pas. Il m’a tellement fait confiance et donné confiance que nous nous sommes lancés ensemble pour fonder Ametix. Se lancer à deux est un atout précieux pour réussir, pour s’épauler l’un l’autre dans les moment de doutes qui ne manquent pas d’être nombreux, pour se donner mutuellement de l’énergie aussi.

Le soutien de mes parents, celui de mon frère David et de ma sœur Céline, a énormément joué également. Ils m’ont toujours rassuré et encouragé en me répétant que ma détermination et mon acharnement finiraient par payer.

J’éprouve également beaucoup de gratitude envers tous les mentors qui m’ont accompagné et ils ont été nombreux ceux qui n’ont pas compté leur temps pour partager leur expérience avec moi. Ametix a évité tellement d’erreurs grâce à eux!

Je pense à Franck Dahan (Investance Partners), Jean-David Bénichou (Via.io), Samuel Cohen Solal (Sweetwood Capital), Marc Ménasé (Founders Future), David Layani (Onepoint), Jean-David Guedj (Innovateam), Simon Azoulay (Alten), Hervé Bloch (Digilinx), Roland André (Docaposte), Fabrice Valay (Aptus Health), Eric Bennephtali (Tagada Média), Renaud Guilherme (Side Capital) et bien d’autres…

«C’est quand cela devient difficile que le succès est à portée de main» — Chris Garrett.

Sans la bienveillance de mes proches, je n’aurais sans doute pas réussi, ou pas aussi vite, ou pas aussi bien. D’autant que les oiseaux de mauvais augure ne manquent pas de réflexions défaitistes pour vous décourager et ne se gênent pas non plus pour dénigrer vos ambitions. Être entrepreneur en France n’est pas chose aisée. Est-ce que vous échouez? Vous êtes remisé dans le camp des perdants incompétents. Êtes-vous successfull? Vous engendrez animosités et jalousies… Alors autant se détacher le plus rapidement possible du regard des autres! Ça aussi je l’ai appris.

Lorsque mes premières aventures entrepreneuriales se sont soldées par de sévères difficultés, beaucoup m’ont expliqué en long en large combien j’étais ridicule d’avoir abandonné le métier d avocat pour un pari si risqué! Mais quand nous avons revendu notre société à un grand groupe, ces mêmes personnes m’ont assuré haut et fort qu’elles avaient toujours cru en moi et qu’elles savaient depuis longtemps que ma démarche serait couronnée de succès!

Je ne suis pas du genre à fanfaronner. Et ça tombe bien car, selon moi, le succès réside dans l’humilité. J’aime apprendre auprès d’entrepreneurs plus expérimentés que moi. J’aime l’idée d’avoir des mentors, de solliciter leurs conseils, de partager leurs expériences. Grâce à eux, je monte continuellement en compétences.

Ambition et humilité ne sont pas contradictoires.

«L’entrepreneur est cette personne qui saute d’une falaise, et construit un avion au cours de sa chute.» — Reid Hoffman.

En développant Ametix, j’ai appris en quelques années beaucoup plus que ce que j’avais pu accumuler pendant mes longues études.

Mes associés et moi-même avons appris à structurer une entreprise, à organiser son back office, à mettre en place des KPIs, à gérer le quotidien comme les prises de risques et surtout à manager et fédérer les équipes.

Ametix a prospéré parce que c’est une aventure humaine. On ne réussit pas seul mais en équipe : quand les collaborateurs se sentent bien, ils donnent le meilleur d’eux-mêmes. La victoire d’Ametix, c’est celle du Feel Good Management, celle de la bienveillance et de l’empathie, celle de l’énergie qui galvanise les troupes aussi. Celle de l’intégrité qui finit toujours par payer et à triompher de la fourberie. Celle des clients satisfaits. Jour après jour nous nous sommes engagés sur ces valeurs. Elles forment la clé de voûte du succès d’Ametix. Elles sont consubstantielles à son développement.

L’entreprise Docaposte l’a bien compris quand elle a racheté notre société en 2017. Cette filiale du groupe La Poste partage des vertus similaires et —je le redis tant c’est important- elle a su intégrer Ametix sans la désintégrer. Mieux : elle l’a fait monter en puissance jusqu’à lui permettre, par exemple, d’absorber la société Brains— également spécialisée dans la transformation digitale.

Alors certes, c’est pour moi un mini-deuil que de quitter Ametix. C’est normal: je me suis tant investi. Pourtant j’ai le cœur léger car je sais que la société que j’ai cofondée est entre de bonnes mains. Elle a grandi et elle grandira encore: elle était TPE (très petite entreprise), elle est passée PME (petite et moyenne entreprise) puis c’est devenu une ETI (entreprise de taille intermédiaire) et je parie qu’elle rejoindra bientôt la classe des Grands Comptes. Je ne m’inquiète pas pour elle.

J’ai peut-être un regret pour moi: l’entrepreneuriat est une discipline chronophage et je n’ai pas pu consacrer suffisamment de temps à ma vie de famille, à mes enfants; mais je vais m’y atteler avec bonheur avant de me relancer dans un nouveau projet entrepreneurial. Réussir sa vie personnelle est plus compliqué et beaucoup plus important que de réussir sa vie professionnelle et je m’oblige à y penser chaque jour!

Quant à ma vie d’entrepreneur, elle ne s’arrête pas là. J’entame un nouveau défi dont je vous parlerai plus tard. J’avance avec encore plus d’humilité que jamais. Je sais combien il est dur de mener une entreprise vers le succès. Avoir réussi une première fois, c’est déjà bien. Alors deux… Dans tous les cas, ce sera énergisant, je suis confiant et surdéterminé.

Maintenant que je dois partir, je tiens à remercier une nouvelle fois tous ceux qui m’ont accompagné dans la formidable histoire d’Ametix. Et j’ai une pensée toute particulière pour ceux qui n’ont pas cru en moi, ceux qui m’ont fait douter, ceux qui m’ont pris pour un fou… Je les remercie sincèrement parce que sans eux je n’y serai jamais arrivé ! C’est aussi eux qui m’ont donné l’énergie de me surpasser et j’espère bien pouvoir compter encore sur eux pour tenter de me démoraliser dans ma nouvelle aventure entrepreneuriale!

Mention spéciale « Merci ! »

La réussite d’un dirigeant dépend en grande partie des partenaires dont il s’entoure.

Je tiens à remercier tout spécialement:

Ma femme qui m’a tant rassuré et encouragé dans les périodes difficiles. Elle a également accepté toutes les concessions qui n’étaient pas évidentes mais nécessaires.

Mes enfants qui sont mon moteur, un simple bisou de leur part équivaut à la potion magique d’Astérix.

Mes parents pour leur soutien indéfectible.

Ma sœur qui a toujours su m’aider à vaincre le manque de confiance en moi par ses précieux conseils et qui est d’une bienveillance sans limite à mon égard. Je suis très fier de sa réussite professionnelle et de lui avoir donné le goût du recrutement avec la création de Key People Executives!

Mon frère pour tous ses brillants conseils et ses analyses tellement pertinentes. Aucune décision ne peut être prise sans son avis préalable.

Mes beaux-parents ainsi que mes belles sœurs qui m’ont toujours encouragés et soutenus.

Mon beau-frère Greg qui a toujours été très bienveillant.

Mon beau-frère Adrien pour ses brillantes analyses et recommandations.

Samuel Cohen-Solal, mon ami le plus talentueux qui, par ses recommandations, a joué un rôle dans le développement d’Ametix.

Patrick Bunan qui m’a tellement apporté grâce à ses qualités humaines et son intégrité. Ce que nous avons vécu ensemble va nous souder à vie!

Jennifer Bunan, qui nous a toujours prodigué d’excellents conseils.

Stephane Boukris pour ses folles idées de buzz qui ont contribué au succès et à la notoriété d’Ametix.

Serge Bunan pour tous les conseils qu’il a pu nous donner.

Olivier Vallet, PDG de Docaposte pour qui j’ai beaucoup de respect et d’admiration. Merci pour la confiance qu’il nous a accordée.

Nathalie Collin, Directrice Générale Adjoint en charge de la Communication et du Numérique du Groupe La Poste qui a contribué à faire de notre intégration un succès.

Muriel Barnéoud, Directrice de l’Engagement Sociétal chez Le Groupe La Poste pour avoir cru en nous dès le début.

Frédéric Dufaux, DGA de Docaposte, pour son professionnalisme et ses compétences qui nous ont permis de réussir notre intégration.

Roland André, DGA de Docaposte, pour le mentoring et ces fameux petits déjeuners coaching que je n’oublierai pas!

Benjamin Garçon, notre brillant avocat, qui nous accompagne depuis le début dans cette formidable aventure.

Daniel Vacrate, notre expert comptable, ainsi que toute l’équipe de Fiducys.

Saber Mahbouli, Président de Sintegra Consulting dont la société a joué un rôle décisif dans l’accélération d’Ametix.

Patrycja, Hervé ainsi que la Big Boss Family pour tous ces beaux moments Fun and Business passés ensemble.

Toutes les équipes d Ametix. Impossible de vous citer tous mais le cœur y est ! Vous m’avez tellement apporté, je vous en serai toujours infiniment reconnaissant et nous ferons tous partie à vie de la grande Ametix Family! Vous pourrez toujours compter sur moi pour vous aider.

Spécial clin d’œil quand même à la meilleure équipe du monde: Laetitia, Fella, Naziha, Sandra, Yohan Z., Michael, Patrycja,Alison, Fatima, Cynthia/Anaïs, Romain, Émilien, Lionel, Yacine, Julia & Julia, Erwan, Rémi, Raphaël, Didier & Michael, Sabrina, Charlotte K., Amaury, Cécile, Michel, Josh, Sandrine R., Shan, Léa, Hannan, Amira, Eva, Charlotte D., Jordan, Nabila, Léopold, Marc, Liliana, Emilie, Julie, Catherine M., Aicha, Mamadou, David B., Rony, Edona, Raphael B., Aaron, Rosa P., Rebecca,Marine….

Je ne peux oublier Nicolas Vincent qui a été le premier consultant à rejoindre l’aventure Ametix en 2011 avant de partir pour la Silicon Valley quelques années plus tard.

Un grand merci également à tous nos clients (sans paraître prétentieux, il m’est impossible de tous les citer) qui nous ont été fidèles pendant toutes ces années et pour qui nous avons tout donné afin qu’ils soient pleinement satisfaits. Ametix continuera de vous accompagner dans la réussite de vos projets, j’en suis convaincu!

Enfin Je tiens à remercier notre tout premier client, Jeremy Cohen-Solal de la société Rentabiliweb (Dalenys). Nous lui serons éternellement reconnaissants.

Une page se tourne… Une autre s’ouvre! J’ai hâte de partager avec vous ma nouvelle aventure entrepreneuriale qui s’annonce passionnante avec des personnes brillantes!

The best is yet to come!

Vincent Klingbeil

vincentklingbeil@gmail.com

Le contributeur:

Vincent Klingbeil est un ancien avocat d’affaires reconverti dans le web. Il a co-fondé plusieurs startups avant de co-fonder Ametix une société de services qui accompagne les entreprises dans leur transformation digitale. Ametix a connue une croissance très soutenue avec aujourd’hui plus de 500 collaborateurs. Vincent a cédé Ametix au Groupe La Poste via sa filiale Docaposte en 2017. Il a ensuite conservé son poste de Directeur Général d’Ametix jusqu’en octobre 2019 puis a quitté le Groupe La Poste pour se lancer dans une nouvelle aventure entrepreneuriale. En outre Vincent est Business Angel dans de nombreuses start-ups qu’il a plaisir à accompagner.

Tags

contributeur

Régulièrement, FrenchWeb ouvre ses colonnes à des experts pour partager leur expérience, et meilleures pratiques.Si vous souhaitez également partager votre savoir faire ou point de vue, contactez nous à redaction.frenchweb@decode.media Nous ne diffusons pas de tribunes produites à des objectifs de RP, ou de SEO.Les contributeurs sont des auteurs indépendants de la Rédaction de FrenchWeb. Leurs propos et positions leurs sont personnels.

3 commentaires

  1. Bravo pour votre message vraiment plein d’optimisme et qui raisonne chez moi d’une manière particulière.
    Je suis tout à fait d’accord avec vous sur le fait que le soutien familiale au sens large est vraiment primordial.
    Je suis tout à fait d’accord avec vous sur l’exaltation qu’on connait lorsqu’on est entrepreneur malgré les haut et les très bas.
    Et pour finir je suis tout à fait d’accord avec vous sur le fait qu’en ayant échoué en France (c’est mon cas) on est vraiment vu comme un looser.
    Mais pour terminer je dirai que l’esprit entrepreneurial c’est aussi une mentalité qui fait qu’un échec même s’il est difficile à vivre doit être vu comme une étape vers le succès.
    Bravo en tout cas pour votre article
    Mikaël Morvan

  2. Bonsoir Vincent, et merci à Frenchweb de relayer une si bonne parole,

    Je suis Entrepeneur et me reconnais bien dans les méandres de votre littérature. Je trouve votre article tellement vrai et bien écrit que je vais vous demander un service. Un service aux fins de témoignage en tant que support de cours pour une classe de master en École de commerce.
    Je crois que pour vous le vent souffle dans la bonne direction.
    Bien à vous, et encore merci pour ce parfait témoignage.
    NB: mon regret d’entrepreneur est de ne pas avoir d’associé !

  3. Quel modèle de réussite et philosophie entrepreneuriale ! Ce qui me rassure dans tout cela, c’est que nous sommes sur la même longeur donde (malgré le chemin qui nous reste encore à accomplir). J’espère qu’un jour nous pourrons en dire autant de notre réussite, je suis confiant on ne lâche rien et surtout avec humanité ! Merci pour ce précieux feedback !
    Au plaisir d’échanger :)

Quelles leçons tirer de huit années d’entrepreneuriat?
Ce n’est pas de rebelles dont l’organisation a besoin pour se transformer
Jamais de soldes et 60% de trafic direct: les raisons du succès de la marque Hammitt
Les entreprises en font-elles trop pour leurs salariés ?
E-santé: de la passion pour la médecine à la réalité du succès, il y a plus qu’un pas à faire!
1 mois que je suis aux États-Unis pour le business… Voilà ce qui m’a marqué!
«Nous vivons une période fascinante pour le retail», Nicolas Gauguez (Leroy Merlin)
Copy link