ComData Room

Qui est l’Apple des réseaux sociaux ?

On se moque souvent de Google, qui « ne comprendrait rien au social », mais s’il y a un des géants de la tech qui n’y comprend vraiment rien, c’est Apple : Ping, son réseau social intégré à iTunes, a été un échec retentissant, à côté duquel même Google Buzz n’a pas l’air si ridicule que ça.

Mais Apple s’est aussi crashé avec “Find My Friends”, une application de géolocalisation lancée avec iOS5 et que personne n’utilise non plus.

C’est bien dommage, parce que l’univers des réseaux sociaux pourrait bénéficier de la présence disruptive d’une entreprise comme Apple. Pour l’instant, nous sommes un peu dans une situation qui rappelle les années 1990, avec un géant qui semble indéboulonnable grâce à une position quasi-monopolistique, qui inquiète et que beaucoup détestent mais utilisent quand même, j’ai nommé Facebook, ici dans le rôle de Microsoft.

Avec Plus, Google voudrait bien jouer le rôle d’Apple dans cette histoire, et venir défaire ce monopole en innovant de façon inattendue. Google n’arrête d’ailleurs pas d’ajouter des gadgets à son réseau social, avec cette semaine un outil pour transformer n’importe quelle photo en “mème” et un autre qui fait des suggestions automatique quand on essaye d’ajouter un hashtag. Le problème c’est que 90% des utilisateurs de Facebook ne comprendront pas l’intérêt de ces outils puisqu’ils n’auront sans doute même pas compris le sens de cette phrase.

Google Plus, donc, est plutôt l’équivalent de Linux : tous vos amis geeks tentent de vous expliquer à quel point c’est génial, mais c’est tout de même beaucoup plus simple de rester dans le confort de vos habitudes. Bien entendu, Diaspora est encore plus complexe et encore moins utilisé, et correspond donc à une distribution particulièrement obscure de GNU, le système d’exploitation lancé par Richard Stallman en 1984.

Twitter pourraît-il être l’équivalent d’Apple ?

Twitter est effectivement un candidat sérieux au statut d’Apple des réseaux sociaux : c’est ce réseau social simple d’usage, favori d’une certaine classe de technophiles plus aisée que la moyenne, et qui ne connait jamais de “bug” de la vie privée contrairement à Facebook qui semble en être truffé.

Ce qui ne colle pas dans cette analogie, c’est que Twitter résoud les problèmes de Facebook en proposant un service minimal : vos messages sont soit privés, soit publics, vous ne pouvez pas partager avec une “liste” ou un cercle”. Vous n’avez pas d’équivalent à Timeline, aux chats et aux jeux sociaux de Facebook, entre autres. Apple a toujours proposé des produits simples d’utilisation mais qui n’en permettaient pas moins de faire autant que la concurrence.

La plupart des autres réseaux sociaux sont spécialisés, pas généralistes, et ne peuvent donc affonter Facebook frontalement : Foursquare est géolocalisé, Pinterest est visuel, Foodreporter se concentre sur les foodies, etc…

Path est un des seuls à oser être généraliste, avec un concept original : un réseau social comme un autre, sauf que votre nombre d’ami maximum y est limité à 150. C’est un moyen, pour ses concepteurs, d’assurer que les relations qu’on s’y fait sont vraiment des relations de qualité. Pas sûr que Path soit tout à fait l’Apple des réseaux sociaux, mais c’est en tout cas une entreprise qui “think different”.

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

1 thought on “Qui est l’Apple des réseaux sociaux ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This