AcquisitionActualitéAmérique du nordBusinessInvestissementsTech

Salesforce débourse 6,5 milliards de dollars pour s’offrir MuleSoft

Pour rester au sommet sur le marché des logiciels d’entreprise, Salesforce n’hésite pas à mettre la main au portemonnaie. Le spécialiste américain des logiciels de gestion de la relation client (CRM) vient d’annoncer le rachat de la licorne américaine MuleSoft, spécialisée dans la création et la gestion des API. Le montant de l’opération s’élève à 6,5 milliards de dollars. Il s’agit de la plus grosse acquisition de l’histoire de Salesforce.

Ce rachat profite largement aux actionnaires de MuleSoft puisque le groupe dirigé par Marc Benioff propose 44,89 dollars par action, alors que MuleSoft était entré en Bourse il y a un an à 17 dollars par action. Lors de son IPO, la société avait levé 221 millions de dollars pour atteindre une valorisation de 2,9 milliards de dollars.

Un atout de plus dans le traitement des données des entreprises 

Fondé en 2006 par Dave Rosenberg et Ross Mason, MuleSoft est un éditeur de gestion de données hétérogènes pour les entreprises. Dans ce cadre, la société basée à San Francisco leur propose des outils pour intégrer différentes sources, comme les API, issues d’applications en ligne ou de terminaux. MuleSoft revendique un portefeuille de 1 200 clients, dont Coca-Cola, McDonald’s, Spotify ou encore Netflix.

L’acquisition de MuleSoft va permettre à Salesforce de compléter son offre pour accéder aux données des entreprises. Si le géant du CRM est à la pointe en matière de services et de recommandation prédictifs pour améliorer la gestion de la relation client, à partir des données de l’activité client, il lui manque une brique pour agréger les données émanant de l’activité de l’entreprise. MuleSoft va combler ce manque puisque les logiciels de la société permettent aux développeurs de connecter plusieurs applications ensemble pour que celles-ci puissent partager des données, de manière à améliorer la gestion des données au sein des entreprises. La technologie de MuleSoft constitue également un argument pour Salesforce afin d’attirer des clients qui n’ont pas encore réalisé leur transition vers le cloud computing.

60 milliards de dollars de revenus en 2034,
l’objectif très ambitieux de Salesforce

Sur le plan financier, MuleSoft devrait se révéler particulièrement utile pour augmenter le chiffre d’affaires de Salesforce. Et pour cause, MuleSoft a enregistré près de 300 millions de dollars en 2017. Ce rachat doit en effet permettre à Salesforce d’atteindre des objectifs très ambitieux pour les prochaines années. Et pour cause, dans sa quête pour tenir à distance la concurrence, l’éditeur américain a l’ambition de réaliser un chiffre d’affaires de 60 milliards de dollars à l’horizon 2034, soit près de six fois celui attendu pour 2018 (10,4 milliards de dollars).

Pour y parvenir, Salesforce devrait multiplier les acquisitions au cours des années à venir. Dans un premier temps, le groupe américain entend doubler le géant allemand SAP, spécialisé dans les logiciels et les services pour les entreprises, avec un chiffre d’affaires supérieur à 20 milliards de dollars entre 2020 et 2022, avant de s’attaquer à Oracle et IBM, en visant 40 milliards de dollars de revenus en 2028. L’étape ultime de cette stratégie agressive consistera donc à atteindre 60 milliards de dollars en 2034 pour faire jeu égal avec Microsoft, leader mondial incontesté du logiciel.

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce contenu pourrait vous intéresser:

Close
Share This