Business

[Sex online] Analyse de DNXcorp, un géant français du secteur

Peu relayée dans les médias, l’activité du « divertissement pour adulte » en ligne, en clair le X sur internet, est très porteuse, en témoigne l’exemple de la société DNXcorp (ex-Dreamnex).

Fondée en 1999 par Patrice Macar et basée à Aix-en-Provence, la société s’est introduite en bourse en mars 2007 sur Eurolist C Paris. L’entreprise a notamment développé des activités dans le secteur du e-commerce (SexyAvenue), de la VOD, de la webcam et des sites de rencontres (WeKiss, EdenFlirt), développés également en marque blanche.

DNXcorp a fait état, le 2 février dernier, d’un CA annuel de 57M € pour un résultat net de 7,5M €. Des performances quelque peu en baisse, puisque la société a enregistré sur l’exercice précédent un CA de 61,2M €, pour un résultat net de 9,8M €. Thomas Delhaye, analyste financier pour Genesta Finance, note toutefois un maintient de la rentabilité de DNXcorp, avec une marge brute avoisinant les20% : « DNXcorp a toujours sû maintenir une bonne rentabilité malgré sa décroissance. Il s’agit d’un élément privilégié au détriment de son chiffre d’affaires, qui n’est pas forcément la priorité, puisque DNXcorp préfère vendre moins, mais mieux marger. »

L’érosion de son CA s’expliquerait notamment par une phase de transition entamée depuis quelques mois. Thomas Delhaye : « En effet, historiquement spécialisée dans la vente en ligne de produits érotiques et dans le secteur de la VOD payante pour adultes, DNXcorp doit désormais faire face à la concurrence intense des sites de VOD gratuits spécialisés sur le secteur et aux sites marchands traditionnels  proposant, également des produits érotiques. Le CA VOD de la société a également été en partie entamé suite à la perte d’un important partenaire commercial, intervenue au 3ème trimestre 2011″.

Ainsi, même si les sites de rencontres et l’activité de WebCam se montrent encore dynamiques, la société a décidé d’orienter davantage son business model vers sa forte activité d’encaissements (transformation d’une visite en acte d’achat, en renvoyant les internautes d’un site à un autre) et propose ainsi, depuis peu, sa propre solution de paiement électronique. L’idée est donc de se positionner comme un opérateur de marché en charge de paiement.

Selon Thomas Delhaye, DNXcorp se présente comme une société en bonne santé : « D’un point de vue financier, il s’agit d’une société totalement saine, qui génère beaucoup de cash et qui, par ailleurs, pratique une politique de dividende généreuse auprès de ses actionnaires. »

Quant à son pivot, les premiers effets ne devraient pas se faire ressentir avant quelques mois. L’analyste table donc sur un CA annuel en baisse pour l’exercice 2012 et anticipe un retour à une légère croissance à partir de 2013.

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

1 thought on “[Sex online] Analyse de DNXcorp, un géant français du secteur”

  1. une chose est claire DNX Corp semble sous-cotée par rapport à d’autres valeurs internet selon les chiffres de Boursorama.

    DNX : PER 6

    Pour résumer DNX ne s’achète en bourse « que » 6 années de profits (dividendes) contre généralement 15 pour des valeurs de l’industrie et 30 pour des valeurs technologiques qui sont encore jeunes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This