ActualitéBusinessTech

La société française 1PlusV dépose une nouvelle plainte à Bruxelles contre Google

1PlusV est une Jeune Entreprise Innovante spécialisée dans les moteurs de recherche spécialisés (Vertical search) et les applications associées utilisant les APIs des principaux moteurs de recherche.

L’un de ses sites, ejustice.fr, avait déposé l’an dernier l’une des premières plaintes contre Google auprès de la Commission européenne, qui avait finalement décidé en novembre d’ouvrir une enquête formelle.

1PlusV a annoncé hier à Bruxelles le dépôt d’une « plainte complémentaire », pour dénoncer de « nouveaux abus » de Google. La société  évoque des dommages subis à hauteur de  « plusieurs millions » d’euros. En cause, « une stratégie d’éviction envers les moteurs de recherche verticaux » et comme le rappelle Bruno Guillard, le Président de 1PlusV: « si vous n’êtes pas sur la première page de résultats de recherche de Google, vous n’existez pas ».

Il accuse notamment Google d’avoir procédé à des déréférencements massifs de ses services dans son moteur de recherche (mesure de représailles après la première plainte déposée à Bruxelles ?) et d’imposer l’usage de sa propre technologie de recherche aux moteurs qui désirent utiliser un autre de ses services publicitaires.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
La société française 1PlusV dépose une nouvelle plainte à Bruxelles contre Google
Live shopping: NTWRK lève 50 millions de dollars auprès de Goldman Sachs et du groupe de luxe français Kering
Bitcoin, NFT, salons audio…: Comment Twitter veut attirer les créateurs de contenus?
Pourquoi Taster s’est tourné vers le crowd equity funding après sa levée de 37 millions de dollars
FoodTech: Flink valorisé à 2,1 milliards de dollars après un tour de table mené par DoorDash
E-commerce: DataHawk lève 6 millions d’euros pour accompagner les revendeurs Amazon dans leur activité
Le directeur technologique de Facebook va céder sa place à Andrew Bosworth, spécialiste du metaverse