A la uneFinTechParis

Spendesk, la FinTech qui veut simplifier les notes de frais avec une «carte virtuelle»

Remboursement, demande des factures… Les frais professionnels génèrent parfois une paperasse et une lenteur administratives dans les entreprises. C’est pour pallier à ce problème que Spendesk a voulu développer une carte bancaire virtuelle et « connectée ». Autrement dit, plutôt que de distribuer des cartes de paiement aux employés, cette start-up parisienne a conçu une plateforme à partir de laquelle les employés soumettent leurs demandes de dépenses professionnelles. Celles-ci sont ensuite envoyées aux responsables afin d’être validées ou non.

En cas d’acceptation d’une demande de dépense de 200 euros par exemple, l’employé « va pouvoir générer sa propre carte sur Spendesk. Spendesk va lui fournir un numéro de carte qu’il va pouvoir utiliser sur le site du marchand – c’est pour cela que l’on parle de carte virtuelle, il n’y a pas une carte plastique derrière – et avec les 200 euros dont il a besoin pour faire son achat», explique à Frenchweb Rodolphe Ardant, le fondateur de la start-up parisienne. En parallèle, la solution permet également aux employés de déposer leurs factures afin de simplifier le processus pour les responsables financiers de l’entreprise.

D’autres acteurs se positionnent également sur le marché des dépenses professionnelles avec des positionnements plus ou moins différents, en particulier pour la gestion des notes de frais. De son côté, Spendesk, qui commercialise sa solution comme un service facturé mensuellement selon le nombre d’utilisateurs, veut accélérer auprès des start-up réalisant régulièrement des achats en ligne.

Interview de Rodolphe Ardant, fondateur et PDG de Spendesk :

Spendesk : les données clés

PDG : Rodolphe Ardant

Création : 2015

Siège social : Paris

Société incubée chez : eFounders

Activité : FinTech, paiements professionnels en entreprises

 

Pour article3

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIA Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Spendesk, la FinTech qui veut simplifier les notes de frais avec une «carte virtuelle»
La startup française Spendesk lève 100 millions d’euros auprès de General Atlantic
Trading : l’application Robinhood vise 35 milliards de dollars de valorisation à Wall Street
Yuan numérique: avec plus de 5 milliards de dollars de transactions, la Chine a «pratiquement terminé» ses essais
FinTech: le géant indien Paytm prévoit de lever 2,2 milliards de dollars lors de son IPO
Revolut
Revolut devient la troisième plus grande FinTech du monde après une levée de 800 millions de dollars
Transferwise
Après l’échec de Deliveroo, la FinTech Wise signe une entrée record à la Bourse de Londres