ActualitéRetail & eCommerce

[Start-up Concept] BloomNation, les fleuristes ont leur marketplace

Le concept

Basée à Los Angeles, en Californie, BloomNation est une start-up fondée en 2011 qui propose aux fleuristes d’accroître leurs ventes via Internet. Concrètement, la société édite une marketplace où les consommateurs peuvent découvrir et commander des compositions florales directement auprès d’artisans locaux, pour les faire livrer.

A l’instar d’eBay ou d’Etsy, les fleuristes créent un compte et éditent des pages produits pour chacune de leurs créations florales. Le client choisit le jour et l’horaire de livraison, sélectionne s’il souhaite une version deluxe ou premium du bouquet (avec davantage de fleurs par exemple…), puis les items à ajouter (chocolats, cadeaux supplémentaires….). Les utilisateurs peuvent par la suite laisser un avis et une note sur le bouquet et la prestation finale.

Le modèle économique

BloomNation prélève une commission de 10% sur le montant total de la commande auprès des fleuristes. Le tout se fait sans contrat partenaire et permet aux artisans de se développer une présence en ligne. La start-up commercialise également en B2B un logiciel de gestion des points de vente.

Le marché

Uniquement disponible aux Etats-Unis, BloomNation affirme couvrir plus de 2 900 villes américaines. La société a levé 5,55 millions de dollars en 2014 auprès d’Andreessen Horowitz, Spark Capital, Chicago Ventures et Ronny Conway. Elle doit affronter la concurrence indirecte de Yelp qui liste les floristes, ou encore les Pages Jaunes américaines.

En France, des acteurs comme Interflora proposent également la commande de fleurs en ligne, mais reposent sur des modèles économiques différents. Il ne s’agit pas d’une place de marché en soit où chaque fleuriste commercialise ses créations originales, mais d’un réseau d’affiliés qui promeuvent la marque et les produits de l’entreprise.

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits
Bouton retour en haut de la page
[Start-up Concept] BloomNation, les fleuristes ont leur marketplace
Suite au soutien de Bruno Lemaire et de l’Elysée, Christel Heydemann devrait être nommée à la direction d’Orange
Stéphane Richard pourrait rester en poste jusqu’à la nomination de Christel Heydemann à la tête d’Orange
Elyze, le « Tinder » de la présidentielle ne conserve plus les données des utilisateurs
Investissements
Licornes françaises: où sont les femmes?
Instagram propose à ses influenceurs de vendre des abonnements à leurs followers
[Build Up] Luko fait l’acquisition de son concurrent allemand Coya