A la uneActualitéEurope

Studapart lève 700 00 euros et veut lancer une offre pour les propriétaires

Studapart a annoncé sa première levée de fonds de 700 000 euros réalisée auprès des fonds Isai et Notus Technologies. Des investisseurs privés de renom font également partie du tour de table tels Pierre Kosciusko-Morizet, Pierre Krings et Justin Ziegler (les cofondateurs de PriceMinister), Thibault Viort, et Cyril Vermeulen (cofondateur d'Auféminin.com).

Fondée en 2013, Studapart propose aux écoles et universités en marque blanche une plateforme pour aider les étudiants à trouver un logement. Elle compte une soixantaine d’écoles utilisant sa solution, dont la Skema Business School ou l’Ecole de Management de Grenoble. Au final, elles représentent 100 000 étudiants. «Un mois après la mise en place de la plateforme dans une école, 30 à 40% des étudiants l’utilisent», affirmait Amaury Roland à Frenchweb.

Outre des recrutements prévus, avec cette levée, Studapart souhaite développer une plateforme à destination des propriétaires de logements.

Revoir l'interview de Studapart sur Frenchweb (août 2015):




 

Directeur général : Amaury Roland, Alexandre Ducoeur, Timothé Malard

Création : 2014

Marché : plateforme de recherche de logement

Effectifs : 11 collaborateurs

Concurrents indirects : SeLoger, LeBonCoin, PAP

Studapart joue sur l’effet de réseau pour loger les étudiants

Jeanne Dussueil

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Studapart lève 700 00 euros et veut lancer une offre pour les propriétaires
Cloud gaming: après Google et Amazon, Facebook se lance sur ce marché à un demi-milliard de dollars
E-commerce: Google et Temasek prêts à investir 350 millions de dollars dans Tokopedia
4 logiciels de paie pour bien gérer votre entreprise et vos RH
Qui était Lee Kun-hee, le président de Samsung à l’origine d’un empire international ?
FoodTech: comment la restauration d’entreprise innove face à la crise
Formation des collaborateurs: comment éviter «l’obsolescence programmée de la connaissance»?