ActualitéBusinessTech

[TL;DR] Les news Tech qu’il ne faut pas manquer ce 30/08

Tous les soirs, le meilleur de l’actu Tech est dans le TL;DR de FrenchWeb.

TL;DR (sigle invariable) (XXIème siècle) : initiales de «too long ; didn’t read»,
soit littéralement «trop long ; pas lu»
1. (Internet) Pour exprimer que le message qui a été envoyé n’a pas été lu parce qu’il était trop long.
2. (Internet) Pour exprimer que ce qui suit est un résumé du texte trop long.

 

Teamleader lève 18,5 millions d’euros pour simplifier le quotidien des TPE et PME en Europe. La société belge revendique près de 10 000 clients à travers l’Europe, dont plus de 700 en France.

Guillaume Broutart, Country Manager France, et Jeroen De Wit, CEO de Teamleader. Crédits : Teamleader.

Pourquoi c’est important : Ce tour de table doit permettre à Teamleader de poursuivre le développement de son logiciel d’entreprise et de poursuivre son développement en Europe. Le potentiel est immense dans la mesure où il existe plus de 23 millions de PME sur le Vieux-Continent. Pour assurer cette montée en puissance, la société prévoit de renforcer ses effectifs.

 

Huawei détrône Apple et devient le deuxième plus grand vendeur de smartphones. Le géant chinois a écoulé 49,8 millions d’unités, contre 44,7 millions pour la marque à la pomme au deuxième trimestre 2018.

Crédit: Akhenaton Images/Shutterstock

Pourquoi c’est important : Huawei a vu ses ventes progresser de 38,6 % au second trimestre 2018. «Huawei continue d’introduire des fonctionnalités innovantes dans ses smartphones et d’élargir son portefeuille pour couvrir des segments de consommateurs plus importants», explique Anshul Gupta, directeur de recherche chez Gartner. Et d’ajouter : «Son investissement dans les canaux de distribution, la création de marques et le positionnement des appareils Honor a contribué à la croissance des ventes. Huawei exporte ses smartphones Honor sur 70 marchés dans le monde et devient le principal moteur de croissance de Huawei.»

 

Faute de repreneur, Foodora fermera définitivement ses portes en France fin septembre. Arrivée en France en juin 2015, deux mois après Deliveroo, la marque rose n’est jamais parvenue à dépasser son concurrent britannique.

Crédits : Shutterstock.

Pourquoi c’est important : Durant ses trois années dans l’Hexagone, Foodora n’a cessé de voir de nouveaux acteurs débarquer. Parmi eux, UberEATS, lancé fin 2015 en France par la plateforme de VTC, est devenu l’un de ses rivaux qui ont entraîné la chute de la société allemande sur le territoire français. Le service de livraison venu d’outre-Rhin n’est pas le premier à se casser les dents dans l’Hexagone. Avant lui, le Français Tok Tok Tok et le Belge Take Eat Easy avaient jeté l’éponge en 2016 sur le marché français. 

 

Réglementer les résultats de recherche sur Google ? La requête impossible de Trump. Selon certains experts, les moteurs de recherche bénéficient des mêmes droits constitutionnels que la presse sur la liberté d’expression.

Crédit: Shutterstock.com

Pourquoi c’est important : Les commentaires de Donald Trump ont alimenté un débat sur ce que le président a appelé les résultats «truqués», ce dernier estimant qu’il y avait davantage de propositions liées à des médias «de gauche» qu’à des sites conservateurs. Ses affirmations font suite aux critiques du chef de la majorité à la chambre des Représentants, le républicain Kevin McCarthy ayant estimé que les «conservateurs voient trop souvent leurs opinions rendues silencieuses» sur Internet. Le locataire de la Maison Blanche a réitéré ses critiques mercredi: «Google, Facebook et Twitter, je pense qu’ils traitent les conservateurs et les républicains très injustement», a-t-il déclaré. Les observateurs estiment toutefois qu’il serait dangereux de changer le fonctionnement des moteurs de recherche pour satisfaire un gouvernement ou une faction politique.

 

La SNCF à toute vapeur dans le virage numérique. La compagnie ferroviaire a investi 950 millions d’euros dans sa transformation numérique, dont 300 millions cette année.

Crédits : Shutterstock.

Pourquoi c’est important : Pour aiguiller ses voyageurs, éviter les pannes ou surveiller les rails, la SNCF parie désormais sur le numérique, avec de nouveaux outils qui moulinent des quantités considérables de données. Si les gains sont difficiles à quantifier, Guillaume Pepy, le patron du groupe public, les envisage «de 30 à 50%» sur les opération qui peuvent être confiées au numérique. C’est-à-dire beaucoup d’argent, alors que le gouvernement lui a demandé de faire de sérieux efforts de compétitivité.

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce contenu pourrait vous intéresser:

Close
Share This