BusinessDecode BusinessTelecomTV

Orange espère tirer profit du RGPD pour améliorer l’expérience client

En tant qu’opérateur téléphonique, Orange doit gérer une masse colossale de données au quotidien pour répondre aux besoins de ses 260 millions de clients dans le monde. S’il est évidemment indispensable d’engranger de la data pour mieux connaître les clients, encore faut-il la filtrer pour en tirer les meilleures informations. Dans ce cadre, Orange identifie quatre types de données (identification, usage, interaction et techniques).

A partir des données collectées, le groupe français s’en sert pour améliorer ses services dans la mesure où un fonctionnement optimal passe par une bonne connaissance du client. Toutefois, cette connaissance doit respecter le concept de «Privacy by Design», mis en place dans de nombreuses entreprises pour que le respect de la vie privée soit pris en compte dès la conception de nouvelles applications technologiques et commerciales. Cette notion figure d’ailleurs au coeur du RGPD (Règlement général sur la protection des données) qui impose depuis le 25 mai dernier de nouvelles règles à l’ensemble des entreprises qui collectent et exploitent des données pour mieux encadrer la circulation des données privées des citoyens européens.Napoleons qui s’est tenu cet été à Arles du 18 au 21 juillet, Ludovic Levy a pris le temps d’exposer la vision de l’opérateur sur le sujet.

Maxence Fabrion

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE MEDIA
Bouton retour en haut de la page
Orange espère tirer profit du RGPD pour améliorer l’expérience client
Cryptomonnaies: PayPal pourrait racheter BitGo, pionnier des transactions sécurisées
Intel: pourquoi le titre du géant des micro-processeurs a chuté de 10% en Bourse
Données de santé: la présence de Palantir dans le suivi du vaccin contre le Covid-19 inquiète
Statut des chauffeurs: Uber et Lyft perdent leur appel en Californie
TousAntiCovid : enfin l’heure du vrai démarrage pour l’application de contact tracing du gouvernement ?
Présidentielle américaine: la pression s’accentue sur Facebook et Twitter, convoqués par le Sénat