ActualitéAffaires publiques

Transformation numérique de l’économie : remise du rapport Lemoine ce vendredi à Bercy

MISE A JOUR LE VENDREDI 7 NOVEMBRE : 

Présenté comme « la nouvelle grammaire du succès », le rapport de Philippe Lemoine, PDG du groupe Laser, remis ce vendredi à Marylise Lebranchu, ministre de la Décentralisation et de la Fonction publique, et Axelle Lemaire, secrétaire d’Etat à l’Economie numérique, regroupe 180 propositions autour de trois thématiques : « transition numérique rapide », « transformation numérique globale » et « transformation numérique durable ».

Le premier volet, « une transition numérique rapide », propose 9 projets sectoriels pour « action immédiate ». On retrouve plusieurs projets comme la création d’une « automobile pour la génération connectée conçue à plusieurs et prototypée en FabLab », la mise en place d’une solution de paiement anonymisée fondée sur une technologie de ‘blockchain’. Le rapport veut aussi, par exemple, faciliter la création d’applications d’aide à l’emploi en mettant à disposition des développeurs les données de Pôle Emploi et de ses partenaires.

Le second volet, « une transformation numérique globale », propose 53 mesures pour accélérer la transformation numérique et favoriser l’innovation. On y retrouve des projets comme la transformation de l’école, la formation des dirigeants à la transformation numérique, ou encore la création d’un classement des entreprises selon leur « implication dans des démarches open » en instaurant notamment la notion de responsabilité numérique des entreprises. Pour cela, le rapport suggère la création d’une agence de notation numérique pour « évaluer la maturité numérique des entreprises ». Le dossier souligne également l’importance de renforcer la part de formation au numérique dans la formation professionnelle.

Enfin, pour assurer une « une transformation numérique durable », le rapport Lemoine regroupe 118 recommandations. Au final, toutes une série de recommandations est soumise notamment pour :

  • trouver de nouveaux canaux de communication : lancement d’une application de service public mobile permettant aux citoyens d’accéder à plusieurs services administratifs : carte d’identité, passeport…
  • améliorer la productivité au travail : plate-forme d’outils et services, création d’une filière cobotique c’est-à-dire de collaboration entre les humains et les robots, accès des petits commerçants aux nouvelles formes de commerce comme le drive, click and collect… ;
  • améliorer la productivité du capital : norme de traçabilité des objets, réduction des flux logistiques par le recours à l’impression 3D, favoriser l’autopartage… ;
  • améliorer la productivité des matières premières ;
  • création de nouveaux actifs à partir des données : Big data, cyber-défense pour la défense de la souveraineté, modèle prédictif pour lutter contre la fraude bancaire, création d’une plate-forme open data des données RH anonymisées, prédire les consommations d’énergie par la Big data… ;
  • réduire les coûts de transaction : mise en place d’une portefeuille électronique français regroupant les acteurs du GIE carte bancaire…

 

Le rapport se veut optimiste et précise que « depuis quelques années, les efforts qui ont été déployés en faveur de la création d’entreprises portent leurs fruits : près de 300 000 entreprises nouvelles chaque année, auxquelles s’ajoutent les auto-entrepreneurs. Mais il faut engager une nouvelle bataille : celle de la croissance de ces entreprises nouvelles. Et de ce point de vue, le numérique sera un accélérateur ».

A l’issu des échanges avec plus de 500 personnes, le rapport souligne aussi le besoin de construire une « Europe du Numérique et que la France sera bien placée pour proposer des sujets concrets autour desquels les différents pays européens pourront unir leurs forces. La seconde dimension, c’est la dimension du monde. Des initiatives comme French Tech ont rencontré un écho car nous n’en pouvons plus de ce sentiment d’être repliés sur nous-mêmes ».

 

 

C’est ce vendredi que Philippe Lemoine remet son rapport sur la Transformation Numérique des entreprises. Le PDG du groupe LaSer s’était vu confier en janvier dernier le pilotage de la mission par Arnaud Montebourg et Fleur Pellerin. A l’issue de 10 mois de concertation et d’audit auprès des acteurs de l’économie, du digital, et des organismes publics, Philippe Lemoine remet ce vendredi plusieurs propositions qui devraient aller dans le sens de cette transformation, autour de huit chantiers (appelés « plaques de changement »), dont l’Emploi. Sur cet atelier dédié, plusieurs acteurs ont participé, comme JobiJoba, Monster, Multiposting, RegionsJob, et Figaro Classifieds et Pôle Emploi par exemple.

Selon nos sources, des pistes ont été évoquées, notamment une journée nationale de sensibilisation sur l’emploi dans le numérique, et une information sur le parcours emploi dès le collège notamment. La modernisation et la simplification du fameux «ROME», le classement référentiel  de Pôle Emploi a été au centre des discussions.

Lors du dernier Forum Netexplo 2014, nous avions sondé Philippe Lemoine sur sa vision de la transformation numérique des entreprises, et sa démarche sur cette mission, avec la collaboration de Thierry Happe (Netexplo):



Philippe Lemoine est PDG du groupe LaSer Cofinoga, Président du Forum d’Action Modernités et Président de la Fondation internet nouvelle génération. Entrepreneur, Philippe Lemoine a débuté sa carrière en tant que chercheur en informatique et en sciences sociales. Il a été Directeur général de Monoprix (1989-1994) et co-président du groupe Galeries Lafayette (1998-2005). Il a étudié à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris (service Public), et est diplômé d’études supérieures d’économie. Il est l’auteur de La Nouvelle Origine (Nouveaux Débats Publics, 2007).

Crédit images et vidéo: Netexplo/ DailyMotion

Marion Moreau

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Transformation numérique de l’économie : remise du rapport Lemoine ce vendredi à Bercy
Nicolas Brusson (BlaBlaCar) : « Le covoiturage peut absorber 90% de la demande de gare routière »
Pourquoi Dassault Systèmes met la main sur la startup américaine NuoDB
IBM
Pour satisfaire ses ambitions dans le cloud, IBM pourrait supprimer un quart de ses effectifs en France
Kingfisher rachète NeedHelp pour accélérer la digitalisation de ses services de bricolage
Le Brésil est-il une terre de marketing d’influence ?
apple
Apple: pourquoi le chef de la sécurité est-il accusé de corruption?