Data Room

Trouve moi un freelance.com, le nouveau service de Virgile Brodziak et Erwan Guiriec

Les agences de communication, annonceurs et start-up cherchent régulièrement des freelances (travailleurs indépendants) pour renforcer leurs effectifs. Dans les métiers de la publicité près de 19% des effectifs sont à leur compte contre 11% au niveau national.

Forts de ce constat, deux anciens publicitaires, Virgile Brodziak et Erwan Guiriec, viennent de créer www.trouvemoiunfreelance.com, une plateforme de mise en relation entre les Freelances et les agences de publicité ou annonceurs.


Le fonctionnement est simple, une agence dépose gratuitement sa demande sur le site (compétence recherchée, la durée de la mission, le budget et “brief”). Celle-ci est alors validée, puis diffusée aux membres. Les Freelances intéressés entrent alors directement en contact avec le “client” pour proposer leurs services et négocier leurs honoraires.

Le site est totalement gratuit pour les agences. Pour les Freelances, l’inscription est gratuite, le site se rémunère lors de la mise en relation (système de crédits).

www.trouvemoiunfreelance.com revendique déjà quelques jolies références dont Ogilvy, La Surprise, Digitas, Spoke.

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

4 thoughts on “Trouve moi un freelance.com, le nouveau service de Virgile Brodziak et Erwan Guiriec”

  1. Bonjour,
    c’est quand même toujours aux mêmes de devoir mettre la main à la poche, alors ce sont justement les freelances qui sont déjà dans la situation la plus précaire et qui font le moins de bénéfices.
    Même si le tarif est très intéressant comparé aux autres site du même genre, les frais pourraient être partagés.
    Cela dit, même si le tarif est intéressant, il ne semble pas y avoir encore beaucoup d’offres (je me suis inscrit pour 6 métiers, aucune offre…Wait and See).
    Cordialement,
    Grégory

  2. Bonjour,

    objectivement, il faut bien ROIser son projet, mais étant aussi indépendant, je ne me vois vraiment pas dépenser un € de plus, pour rechercher/trouver du travail ????

    C’est affligeant… si on se remet dans le contexte du freelance, il ne bénéficie d’aucune aide.
    Transport, Ticket reto, intéressement,Assedic, etc.. Wallou!!!! que dalle, rien, Niet!, nada, Zéro!
    Donc, oui le tarif journalier peut être intéressant, selon le profil, bien que souvent les tarifs sont revues à la baisse chaque année, mais qui finance les périodes d’inactivités ? le RSA ? 400€/mois ? Assurances diverses que personne ne prend car trop chères ?

    Alors toutes les économies du freelance, aideront à la survie durant cette inactivité, et à payer ces charges des années précédentes.

    Mais peut être que le projet est soutenu par le pôle emploi, et que chaque Freelance bénéficie d’une aide/participation de l’état au financement des crédits pour la recherche d’une mission :)

    Cela coûte déjà assez cher, de rechercher une mission par les moyens « classiques » :
    – TEL mobile
    – Transport (déplacement pour les RDVs)
    – Déjeuner
    – Connexion Internet
    – Et temps passé sur les divers sites existant d’emploi, de réseautages…

    Bref, peut être que je me trompe, mais les anciens publicitaires, n’ont à mon sens rien révolutionner du tout, ne se sont pas poser les bonnes questions, et encore pire, participent à la taxation déjà trop importante des freelances en manque de mission, et n’ont pas été indépendants, ce n’est pas possible, ou aucune morale, au choix.

    Je ne cautionne pas du tout ce business model, malgré un effort sur la communication, un design vraiment sympa.

    Une critique doit toujours s’accompagner de
    solutions, je préférerais tout de même la critique gratuite justifiée !

    A bon entendeur :),
    Freelance en kURdSSAF…

  3. Quelle connerie quand même ce truc.
    J’suis inscrit depuis janvier, j’ai acheté plusieurs crédits, et depuis toujours rien..! GGRRRRRRRRRR!

    D’ailleurs ce système me fait penser aux agences immobilières qui vendent des listes d’appartements à louer aux étudiants. La grosse carotte quoi.
    Dans ce pays les entreprises sont prises pour des vaches à lait. Et c’est toujours les ptits qui en pâtissent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This