ActualitéAmérique du nordLes levées de fondsTransport

Uber cherche à lever 2 milliards de dollars supplémentaires en dette

Uber cherche encore et encore des fonds. La société californienne travaillerait effectivement à lever entre 1 et 2 milliards de dollars (soit entre 891 millions et 1,78 milliard d'euros environ), rapporte le Wall Street Journal. Mais surtout, alors que l'entreprise boucle le plus souvent des méga-tours de table en capital-risque, c'est-à-dire auprès d'investisseurs qui entrent à son capital, elle s'orienterait cette fois-ci vers le marché de la dette. Une opération qui permet donc de réunir des fonds supplémentaires pour son développement sans avoir à ouvrir de nouveau son capital. Si plusieurs banques d'affaires américaines ont été sollicitées, le WSJ précise qu'il n'est pas sûr que l'opération aille à son terme.

Ce besoin de financement survient alors qu'Uber a récemment bouclé des levées de fonds de grande envergure. Début juin, la firme voyait le fonds souverain saoudien Saudi Arabia’s Public Investment Fund arriver à son capital grâce à un investissement record de 3,5 milliards de dollars. Une opération qui a boosté la valorisation de la licorne à plus de 68 milliards de dollars, selon des estimations. Désormais, si Uber parvient à aller au terme de son opération d'emprunt, cela porterait à 15 milliards de dollars les montants réunis en capital ou en dette depuis sa création.

Une IPO ? « Le plus tard possible » selon le PDG

Le secteur des services de transport avec chauffeur intéresse désormais de grands groupes qui cherchent à se postionner à coup de millions de dollars. Si Toyota a récemment pris une participation au capital d'Uber – sans en préciser le montant -, les concurrents ne sont pas en reste. Fin mai, le constructeur allemand Volkswagen annonçait un investissement de 300 millions de dollars dans l'application de transport Gett. Par ailleurs, Uber cherche à se renforcer en Chine, où il doit affronter la concurrence du leader du secteur Didi Chuxing, qui lui aussi ne cesse de recevoir des fonds. En mai, Apple y investissait par exemple 1 milliard de dollars.

Dans un secteur gourmand en capital, Uber semble donc ne pas vouloir relâcher ses efforts face à ses rivaux en se rapprochant des investisseurs privés. D'autant plus que selon son PDG Travis Kalanick, qui s'exprimait chez CNBC en mars dernier, la société ne prévoit pas d'introduction en Bourse dans les prochains mois. Et d'ajouter face aux rumeurs d'IPO : « Je vais m'assurer que cela arrive le plus tard possible ».

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

Bouton retour en haut de la page
Uber cherche à lever 2 milliards de dollars supplémentaires en dette
Jeux vidéo: tout comprendre sur l’esport, un loisir devenu une industrie de plusieurs millions de dollars
Streaming: Amazon pourrait racheter le studio MGM (James Bond) pour 9 milliards de dollars
Baidu
Baidu: porté par l’IA, le géant chinois de l’Internet réalise un bénéfice de 3,2 milliards d’euros
[Webinar] Marketplace: le modèle performant pour une stratégie eProcurement réussie
Retail : la startup française Alkemics rachetée par le groupe américain Salsify
De Volkswagen à Tesla, où en sont les camping-cars électriques?