A la uneTransport

Uber versus Taxis : vers un mouvement de grande ampleur à Londres

Plus de 10 000 chauffeurs de taxis se préparent à protester en juin

Plus de 10 000 taxis devraient protester la mois prochain à Londres en opposition au service de véhicule de tourisme avec chauffeur Uber. « Tout ce que nous disons, c’est si vous voulez venir à Londres et opérer le business modèle d’entreprise vous exploitez, vous devez opérer dans [le respect de] nos lois » explique à Bloomberg Steve McNamara, le secrétaire général de la Licensed Taxi Drivers’ Association’s.

L’association reproche à Uber de disposer d’avantages déloyaux, en particulier le non-paiement de la license dont les taxis doivent s’acquitter pour exercer leur activité. Le mouvement de protestation contre ce modèle s’étend d’ailleurs à plusieurs villes d’Europe. Au delà de Londres, Paris – où le rapport de Thomas Thévenoud, le médiateur, a été publié le 24 avril – a également connu des tensions et Bruxelles a tout simplement interdit en grande partie le service suite à une décision de la Cour de Bruxelles.

Mais, comme le rappelle Bloomblerg, Uber rencontre aussi des critiques dans son propre marché, en particulier à San Francisco. Ces applications « encouragent les conducteurs non professionnels à utiliser leurs véhicules personnels pour conduire les passagers pour un bénéfice, un risque que l’assurance automobile ne couvre tout simplement pas » a prévenu Dave Jones, le Commissaire du Département californien des assurances. Uber affirme de son côté fournir de telles couvertures.

>> A lire également : Taxis vs. VTC : Yanis Kiansky (Allocab)
et Yann Ricordel (Taxis Bleus) réagissent au rapport Thévenoud
 

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Uber versus Taxis : vers un mouvement de grande ampleur à Londres
Vianova
Mobilité: Vianova lève 1,8 million d’euros auprès de la RATP
Ornikar: pourquoi les auto-écoles doivent se tourner vers le digital
Comment le service de location de voitures Carlili veut s’étendre en France
Nicolas Brusson (BlaBlaCar) : « Le covoiturage peut absorber 90% de la demande de gare routière »
Livraison : la rapidité n’est pas le premier critère du consommateur
La croissance d’Aramis Auto soutenue par le marché de l’occasion