ActualitéBusinessTransport

Véhicule autonome: après des résultats en baisse, Navya évince son fondateur

Avec l'AFP

Pour découvrir l’actualité de la FrenchTech, et les infos à ne pas manquer directement dans votre boite mail à 15h tous les jours, cliquez ici

Le constructeur de navettes autonomes Navya a annoncé mardi le départ de son fondateur Christophe Sapet, qui a été « démis » – « avec effet immédiat » – de ses fonctions de président du directoire.

Quatre membres du conseil de surveillance, dont ceux représentant l’équipementier Valeo et l’opérateur de services de transports Keolis, quittent simultanément leurs fonctions, a indiqué la société.

17 à 19 millions d’euros de CA contre 30 millions annoncés

Les raisons de ce chambardement au sein de la gouvernance de l’entreprise ne sont pas précisées. Début décembre, le groupe avait revu en très forte baisse ses prévisions d’activité pour l’exercice en cours. Le chiffre d’affaires de l’entreprise de Villeurbanne, près de Lyon, ne devrait pas finalement dépasser 17 à 19 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2018, loin des 30 millions annoncés à l’occasion de son entrée en Bourse en juillet.

Dans l’intervalle, sa capitalisation boursière est tombée de 185 millions d’euros à un peu plus de 50 millions d’euros. L’éviction de M. Sapet donnait un petit coup de fouet au titre, qui progressait de 3,12% (à 1,97 euro) à la Bourse de Paris après une heure de transactions.

Serial entrepreneur

À l’origine des sociétés Infonie (télécommunications) et Infogrames Entertainment (jeux vidéo), M. Sapet incarnait Navya, première société au monde à commercialiser en 2015 des navettes autonomes, des véhicules électriques limités réglementairement à une circulation dans des zones privées, comme des campus universitaires ou des aéroports. Ses navettes vont prochainement être testées en conditions réelles de circulation dans plusieurs villes dont Lyon, Lille et Rouen.

La recherche d’un remplaçant pour M. Sapet, provisoirement remplacé par le directeur financier Frank Maccary, a été engagée. Comptant parmi les actionnaires importants de Navya, Keolis et Valeo ont fait savoir que leur décision de ne plus participer au conseil de surveillance ne remettait « nullement en cause les projets opérationnels ou techniques menés avec Navya et notamment les partenariats mis en place ». L’actionnaire de référence de Navya est le fonds Robolution Capital, monté à l’initiative de l’homme d’affaires, et député, Bruno Bonnell, proche de M. Sapet.

Un commentaire

Bouton retour en haut de la page
Navya
Véhicule autonome: après des résultats en baisse, Navya évince son fondateur
[DECODE Quantum] A la rencontre d’Anais Dreau, chargée de recherche CNRS en physique quantique
Dix ans après son entrée en Bourse, Facebook reste incontournable malgré l’image ternie
[Silicon Carne] Faire grandir la startup economy
[Série A] RH : Club Employés lève 7 millions d’euros auprès de MAIF Avenir
[Seed] Rodeeo lève 400 000 euros pour son app de location de véhicules
BeautyTech: le géant britannique Treatwell rachète la startup française Wavy
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro

Votre adblocker bloque votre acces a FrenchWeb.Fr



Depuis 14 ans, FrenchWeb vous propose chaque jour des contenus sur la FrenchTech. Nous diffusons rarement des publicités et ne collectons pas la moindre information sans votre consentement.

Les adblockers empechent votre acces a FrenchWeb. Pour y acceder, nous vous recommandons de nous ajouter a votre liste de sites autorisés.

Merci et bon surf!

Richard Menneveux, fondateur de FrenchWeb.fr et CEO de DECODE.Media