Actualité

Vu à Pékin: Les boissons en self-service payables avec l’application mobile WeChat

L’app mobile WeChat a installé 300 machines connectées dans le métro de Pékin en septembre dernier. Une opération-test pour l’instant.  

Quand la messagerie mobile rencontre le monde physique…ça donne ça : des distributeurs automatiques qui permettent aux utilisateurs de WeChat d’acheter des boissons avec l’application, en bénéficiant d’une réduction sur la deuxième boisson. On ne connaît pas exactement quel est le processus (scanning, QR Code…), mais on sait que les abonnés WeChat ont pu se passer totalement de cash pour régler l’achat.

WeChat-users-in-China-get-their-own-vending-machines-01

L’opération, qui s’est déroulée fin 2013 sur un mois complet de test, a été réalisée en partenariat avec Ubox, une société spécialisée dans la connectivité de machines en libre service, qui avait déjà procédé à quelques premiers tests en 2011.

WeChat-users-in-China-get-their-own-vending-machines-02

Images: Tech In Asia

L’application WeChat, propriété du groupe Tencent, compte aujourd’hui 270 millions d’utilisateurs et pousse plus loin sa logique de simple application mobile, pour devenir une plateforme sociale mobile, intégrant services divers, m-paiement, jeux, et messagerie bien sûr. WeChat, qui a procédé à une mise à jour importante récemment, vient d’intégrer un « Game Center » disponible dans tous les pays où l’application est téléchargée. Une démarche aussi entamée par son concurrent japonais, Line.

 

Bouton retour en haut de la page
Vu à Pékin: Les boissons en self-service payables avec l’application mobile WeChat
Elyze, le « Tinder » de la présidentielle ne conserve plus les données des utilisateurs
Investissements
Licornes françaises: où sont les femmes?
Instagram propose à ses influenceurs de vendre des abonnements à leurs followers
[Build Up] Luko fait l’acquisition de son concurrent allemand Coya
[Build Up] Hublo rachète Mstaff pour compléter son offre de gestion des remplacements du personnel de santé
Ukraine: Microsoft prévient que la cyberattaque pourrait rendre inopérables les sites gouvernementaux