ActualitéRetail & eCommerce

[We Love Entrepreneurs] Materiel.net, pionnier du e-commerce français

Créée en 1998 par Jean-Philippe Fleury, qui a alors 21 ans, la société Domysis édite materiel.net, un e-commerçant spécialisé dans les produits high tech. Interrogé par Frenchweb sur ce qui fait le succès d’un projet de création d’entreprise, ce dernier est clair: il s’agit de l’équipe avant tout.

«Arriver à constituer une équipe, je pense que c’est ce qu’il y a de plus dur pour un chef d’entreprise. Un entrepreneur, il a des idées, il a une vision, il a une envie. Réussir à se donner les moyens, humains, d’y parvenir, c’est là où est la plus grosse difficulté. Il faut trouver les bonnes compétences, et des personnes qui adhèrent au projet.» confie l’entrepreneur.

Rachetée au début de l’année, materiel.net fait désormais partie intégrante du Groupe LDLC. La société a conservé son identité de marque à la suite de son rachat. L’intégration de Materiel.net positionne le Groupe LDLC comme cinquième acteur de e-commerce en France hors agro-alimentaire et voyagistes (source: FEVAD 2016). Avec un effectif de 700 salariés, le Groupe représente près de 500 millions d’euros de chiffre d’affaires. Il compte deux plateformes logistiques en Isère (38) et en Loire Atlantique (44) soit 40 000 m² d’où partent plus de 7 000 produits par mois.

Interview de Jean-Philippe Fleury, fondateur de Materiel.net, tournée en 2014 dans le cadre du documentaire We Love Entrepreneurs :

Bouton retour en haut de la page
[We Love Entrepreneurs] Materiel.net, pionnier du e-commerce français
Que propose Google pour remplacer les cookies publicitaires?
[Série B] IA: InstaDeep lève 88 millions d’euros auprès du laboratoire allemand BioNTech
Pourquoi Starlink, le service internet par satellite d’Elon Musk, n’a plus qu’une seule station en France
Suite au soutien de Bruno Lemaire et de l’Elysée, Christel Heydemann devrait être nommée à la direction d’Orange
Stéphane Richard pourrait rester en poste jusqu’à la nomination de Christel Heydemann à la tête d’Orange
Elyze, le « Tinder » de la présidentielle ne conserve plus les données des utilisateurs