BusinessDecode BusinessHealthcareObjets connectésTVWe Love Innovation

L’heure du renouveau pour Withings après deux ans chez Nokia

Un reportage We Love Innovation de Maxence Fabrion et Joseph Postec

Dans les locaux de Withings à Issy-les-Moulineaux, l’ambiance paisible qui y règne tranche avec les dernières années riches en rebondissements vécues par les équipes de cet ancien fleuron tricolore des objets connectés. En effet, la société avait été rachetée par Nokia en 2016 pour 170 millions d’euros avant finalement d’être reprise l’an passé par Eric Carreel… qui n’est autre que l’un des fondateurs de Withings. Le montant de l’opération n’aurait pas excédé 30 millions d’euros, mais secret des affaires oblige, aucune information financière n’a été confirmée.

De retour sous pavillon français, le spécialiste de la santé connectée n’a pas tardé à se faire à nouveau remarquer sur le plan technologique. Pour clore définitivement le chapitre Nokia, la société a sorti le grand jeu au CES de Las Vegas en dévoilant deux montres, dont l’une capable de réaliser des électrocardiogrammes, ainsi qu’un tensiomètre permettant de détecter d’éventuelles maladies cardiaques. 

Un marché de la santé connectée en plein essor

Withings espère tirer profit d’un marché des wearables qui ne cesse de prendre de l’ampleur. L’an passé, il a augmenté de 27,5% avec 172,2 millions de produits écoulés, selon IDC. Le marché est principalement porté par les montres connectées, segment sur lequel l’entreprise française espère s’imposer. Dans ce sens, elle a créé une «manufacture» dans ses locaux d’Issy-les-Moulineaux pour que sa montre analogique connectée et personnalisable, la Move, soit «made in France». Celle-ci aura cependant fort à faire face à des acteurs comme Xiaomi, Fitbit ou encore Apple. Plus largement, la société veut profiter de la croissance du marché de la santé connectée. En 2020, il y aura ainsi 161 millions d’appareils de santé connectés dans le monde, contre 73 millions en 2016, selon une étude de Grand View Research.

Fondée en 2008 par Eric Carreel, Cédric Hutchings et Frédéric Potter, également fondateur de Netatmo, spécialiste des objets connectés pour la maison racheté par Legrand, Withings compte plus de 200 collaborateurs répartis entre Issy-les-Moulineaux, Boston et Hong Kong. Outre les montres connectées et des tensiomètres, la société s’est distinguée en commercialisant des balances connectées et des trackers d’activité.

Pour mettre en lumière la vision de Withings en matière de santé connectée, Decode Media est allé à la rencontre de Mathieu Letombe et d’Eric Carreel, respectivement directeur général et président de la société française…

Découvrez ce reportage consacré à Withings sur DECODE.Media le réseau des acteurs de l’innovation

Withings : les données clés

Fondateurs : Eric Carreel, Cédric Hutchings et Frédéric Potter
Création : 2008
Siège social : Issy-les-Moulineaux
Activité : spécialiste de la santé connectée
Effectifs : 200 collaborateurs

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
L’heure du renouveau pour Withings après deux ans chez Nokia
Le téléchargement de TikTok et WeChat interdit dès dimanche aux États-Unis
PayFit : une politique de télétravail faite de confiance et de mobilité géographique
Jeux vidéo: pourquoi l’avenir des consoles reste incertain
Apple poursuit sa conquête du marché indien avec l’ouverture de son premier magasin en ligne
Glwadys Le Moulnier : « La classe sociale détermine la difficulté avec laquelle on peut entreprendre »
Coronavirus, racisme, élections: comment Facebook veut calmer les échanges entre ses employés
Copy link