ActualitéBusinessHR TechProptech

WeWork envisage de diviser de plus de moitié sa valorisation à environ 20 milliards de dollars

AFP

La We Company, la maison mère de la société WeWork qui a lancé une véritable révolution des bureaux partagés, envisage de diviser sa valorisation de plus de moitié, à environ 20 milliards de dollars, lors de son entrée prochaine en Bourse, ont indiqué jeudi à l’AFP deux sources proches du dossier.

Le groupe a décidé de revoir ses ambitions à la baisse après que des investisseurs ont émis des doutes sur sa capacité à gagner de l’argent, ont dit ces sources sous couvert de l’anonymat. La valeur de l’entreprise, née en 2010 à New York, était évaluée pour l’heure à quelque 47 milliards de dollars, sur la base des dernières levées de fonds privés auprès du groupe japonais Softbank.

WeWork devrait entamer la semaine prochaine la traditionnelle tournée de présentation de l’entreprise aux investisseurs avant son baptême du feu boursier une quinzaine de jours plus tard, ont ajouté les sources. La société entend lever un peu plus de 3 milliards de dollars lors de cette introduction en Bourse, considérée comme une des plus importantes de l’année, et obtenir une ligne de crédit de 6 milliards de dollars liée également à l’opération, ont encore dit ces sources.

Les manoeuvres financières du CEO de WeWork Adam Neumann font grincer des dents

La société, qui prévoit d’être cotée sous le symbole WE, a essuyé une perte nette de 1,9 milliard de dollars l’an dernier et présentait un déficit de 904 millions au premier semestre de l’année en cours. Les manoeuvres financières de son dirigeant Adam Neumann font aussi grincer des dents, comme quand il investit personnellement dans l’immobilier pour ensuite louer à WeWork. Les milieux d’affaires sont aussi critiques de la gouvernance mise en place par M. Neumann, qui lui permet de concentrer de grands pouvoirs et laisse peu de place à la transparence.

Contacté par l’AFP, WeWork n’a pas répondu dans l’immédiat.

Le Wall Street Journal était le premier journal à faire état jeudi de l’intention de WeWork de diminuer sa valorisation.

Bouton retour en haut de la page
WeWork
WeWork envisage de diviser de plus de moitié sa valorisation à environ 20 milliards de dollars
Suite au soutien de Bruno Lemaire et de l’Elysée, Christel Heydemann devrait être nommée à la direction d’Orange
Stéphane Richard pourrait rester en poste jusqu’à la nomination de Christel Heydemann à la tête d’Orange
Collect, la nouvelle startup BtoB d’Alex Delivet pour vous aider dans la gestion de documents
[Série A] Sastrify lève 15 millions de dollars auprès de FirstMark Capital
Gojob, la startup qui veut revaloriser le statut de l’interim grâce à l’IA
Elyze, le « Tinder » de la présidentielle ne conserve plus les données des utilisateurs