ActualitéBusinessInvestissementsLes levées de fondsStartupTech

Wezzoo lève 500 000 euros pour son application de crowdsourcing météo

Quel temps fait-il ? Pour le savoir, plutôt que consulter des prévisions météorologiques prévues plusieurs heures en amont, pourquoi ne pas demander aux personnes présentes sur place ? C’est sur cette  idée toute simple qu’est né Wezzoo, un service international de météo communautaire. La start-up parisienne qui l’édite vient de lever 500 000 euros auprès du fonds Covea Next (structure d’investissement de l’assureur du même nom), du Fred & Farid Digital Investment Fund et de business angels dont ceux du groupe Despinvest et SKR Consulting. Il s’agit de sa première levée de fonds. Les fondateurs n’ont pas souhaité divulguer la répartition des montants investis, ils restent cependant majoritaires au capital de l’entreprise.

Fondée par Clément Guillot, ex-Sup de Co Montpellier et deux associés diplômés de l’école Centrale de Paris (Dominique Sauquet et Michaël André), Wezzoo édite une plate-forme web ainsi qu’ une application (iOS et Android) pour que les membres de la communauté puissent tenir informés les autres membres à tout moment. Pour cela, ils peuvent renseigner sur l’état de la météo de l’endroit où il se trouve en notant un commentaire, en y ajoutant une photo. Le tout est ensuite diffusé sur les réseaux sociaux. Au-delà des publications des mobinautes, la start-up composée de 8 personnes mène une traque sémantique sur tous les tweets, les statuts Facebook ou les publications Instagram qui donnent une indication météo géolocalisée. Ainsi, au moins 200 000 informations locales sont diffusées quotidiennement sur la plate-forme. Wezzoo s’appuie sur un modèle économique à la fois BtoC et BtoBtoC (cf ci-interview dessous). Elle n’a pas dégagé de chiffre d’affaires en 2013 et table sur «quelques dizaines de milliers d’euros» sur 2014. D’autres applications de météo communautaire existent: Weddar au Portugal et Weather Mom et Weather mob aux Etats-Unis.

«Cette levée de fonds va permettre à Wezzoo de poursuivre ses développements techniques et commerciaux ainsi qu’accélérer la croissance de sa communauté déjà présente dans 189 pays via l’application disponible en 5 langues» se félicite Clément Guillot, président de Wezzoo. Les dirigeants de la start-up comptent utiliser la technologie pour éditer un autre service dans le domaine de la santé et également démarcher des médias et des industriels automobile en 2015. (voir interview ci-dessous)

Côté accompagnement, au delà du volet financier, le fonds de l’agence de communication Fred & Farid incube la startup dans ses locaux de la rue de Provence à Paris depuis juillet 2013. « Wezzoo est un formidable outil de « livemapping » aux applications multiples dans des domaines aussi variés que la météo, la santé ou l’automobile. Leurs équipes, avec lesquelles nous travaillons en étroite collaboration depuis maintenant deux  ans, ont démontré leur capacité à construire une technologie réellement différenciante » soulignent Fréderic Raillard et Farid Mokart, présidents fondateurs de Fred & Farid Group, anciens d’Havas et de Publicis. Wezzoo est membre des pôles de compétitivité Systematic et Moveo.

Interview de Clément Guillot, co-fondateur de Wezzoo :

Frenchweb: Comment avez-vous rencontré vos nouveaux investisseurs ? Combien de temps cela a pris pour lever les fonds?

Clement Guillot: Les rencontres se sont faites dans les deux sens. Nous avons contacté plusieurs investisseurs au cours de notre recherche. Certains autres nous ont contacté après avoir installé et utilisé l’application. En tout, la levée nous a pris environ huit  mois.

Comment avez-vous eu l’idée de Wezzoo ?

clement-guillot
Clément Guillot, président de Wezzoo

D’un côté, l’idée est venue d’un besoin personnel : savoir s’il neigeait en ce moment à la montagne. Ni les prévisions, ni les webcams ne permettaient de répondre à cette question. Seules les personnes sur place pouvaient donner l’information précisément. De l’autre, la météo est un thème universel et les gens partagent très facilement sur le sujet. Ainsi sur les réseaux sociaux de très nombreux messages et photos sont échangés chaque minute (+ de 3000 tweets par minute sur cette thématique).

Presque trois ans après son lancement, où en est la start-up? 

La partie technique est quasiment en place et nous agrégeons plus de 10 millions de données par mois. La version finale des applications est en préparation pour le début d’année 2015 pour optimiser et répondre aux attentes des 150 000 utilisateurs actuels.

Quel est le modèle économique ?

Le modèle économique est double : BtoBtoC avec l’offre de notre service de météo hyperlocale et temps réel en marque blanche à des acteurs du monde de l’assurance, de l’automobile ou des medias. Et un modèle BtoC à travers l’audience de nos applications iOS et Android.

A quoi vont vous servir ces 500 000 euros ?

Le principal poste de dépense concernera le recrutement de 2 commerciaux d’ici la fin du premier semestre 2015. Nous préparons également le lancement d’un autre service d’ici la fin du premier semestre 2015: une plate-forme d’information autour de la thématique de la santé (qualité de l’air, pollution, épidémies, risque d’allergies, risques d’asmthe…). Ce ne sera ni sous la même marque, ni sur les mêmes applications. L’information ne parviendra pas seulement de la communauté mais aussi d’objets connectés. Ce service pourra être commercialisé auprès d’assureurs dont Covea, qui entre à notre capital.

Tags

Adeline Raynal

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This