ActualitéData RoomStartupTech

WriteThat.Name lance une nouvelle offre gratuite “à vie” !

À l’occasion du lancement de la nouvelle version de WriteThat.Name, Kwaga, l’éditeur de la plateforme d’analyse d’emails annonce aujourd’hui le lancement d’une offre gratuite et illimitée à son service. Initiative à noter : pour les utilisateurs payants qui souhaitent passer à la nouvelle Freemium, la start-up propose un remboursement de l’abonnement annuel ! L’offre Premium payante ( 2€/mois ou 15 €/an) reste néanmoins disponible avec des fonctionnalités supplémentaires.

WriteThat.Name tient à jour automatiquement le carnet d’adresses en détectant les coordonnées des interlocuteurs grâce à la reconnaissance sémantique de leurs signatures dans les emails. WriteThat.Name automatise la mise à jour des contacts Gmail et Google Apps. Un add-in pour Outlook est en préparation.

Les conditions de l’offre Freemium :

  • un maximum de 40 contacts mis à jour chaque mois (illimité pour le Premium)
  • mises à jour effectuées de façon hebdomadaire (quotidienne pour le Premium)
  • invitations pour les contacts détectés comme utilisant WriteThat.Name

Créé en 2008 par Philippe Laval, Kwaga a été lauréat 2009 du Concours national d’aide à la création d’entreprises de technologies innovantes du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et  du dernier Seedcamp Paris. La société est soutenue par le Centre Francilien de l’Innovation et Scientipôle Initiative.

Bouton retour en haut de la page
WriteThat.Name lance une nouvelle offre gratuite “à vie” !
Suite au soutien de Bruno Lemaire et de l’Elysée, Christel Heydemann devrait être nommée à la direction d’Orange
Stéphane Richard pourrait rester en poste jusqu’à la nomination de Christel Heydemann à la tête d’Orange
Collect, la nouvelle startup BtoB d’Alex Delivet pour vous aider dans la gestion de documents
[Série A] Sastrify lève 15 millions de dollars auprès de FirstMark Capital
[Livre Blanc] E-commerce: comment adapter votre stratégie aux nouvelles attentes des consommateurs
Elyze, le « Tinder » de la présidentielle ne conserve plus les données des utilisateurs