ActualitéInvestissementsLes levées de fondsStart Me UpStartup

Yplan lève 9 millions d’euros pour son application de sorties de dernière minute

Grâce à ce premier tour de table, la jeune pousse britannique compte accélérer son développement à l’international et notamment aux Etats-Unis.

Basée à Londres, la start-up Yplan édite une application de sorties de dernière minute. Chaque soir les mobinautes ont donc la possibilité de saisir au dernier moment l’opportunité de se rendre à divers événements en fonction de recommandations personnalisées.

La jeune pousse vient de boucler une levée de 12 millions de dollars (9 millions d’euros). Ce tour de table a été mené par General Catalyst Partners et comprend également quelques actionnaires historiques dont Wellington Partners et Octopus Investments. Shakil Khan, actionnaire au sein de Summly et Spotify, figure aussi parmi les nouveaux investisseurs.

Lancée en novembre dernier, l’application revendique aujourd’hui 200 000 utilisateurs actifs dans la capitale britannique et aurait déjà recensé près de 2 500 événements sur sa plateforme 100% mobile.

Cette augmentation de capital porte le montant total des fonds levés par Yplan à 13,7 millions de dollars (10,4 millions d’euros) et doit lui permettre d’accélérer son développement à l’international et plus particulièrement sur le marché nord américain où la start-up prévoit d’ouvrir un bureau new yorkais.

Tags

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Yplan lève 9 millions d’euros pour son application de sorties de dernière minute
Le téléchargement de TikTok et WeChat interdit dès dimanche aux États-Unis
PayFit : une politique de télétravail faite de confiance et de mobilité géographique
Jeux vidéo: pourquoi l’avenir des consoles reste incertain
Apple poursuit sa conquête du marché indien avec l’ouverture de son premier magasin en ligne
Glwadys Le Moulnier : « La classe sociale détermine la difficulté avec laquelle on peut entreprendre »
Coronavirus, racisme, élections: comment Facebook veut calmer les échanges entre ses employés
Copy link