ActualitéServicesStartup

5 startups dans les services de proximité

La dernière édition de la conférence LeWeb à Londres mettait cette année à l’honneur l’économie du partage : la plateforme TaskRabbit, sur laquelle les internautes peuvent proposer des petits services rémunérés à échelle locale (bricolage, jardinage, repassage, etc.), a été particulièrement mise en valeur.  Tour d’horizon de cinq startups françaises, leur concept et leur business modèle.


[tabs]

[tab title= « Peuplade »]

shutterstock_130105364

Lancement : 2003

Peuplade est un projet conçu par le sociologue Nathan Stern, rejoint par l’informaticien Stéphane Legouffe, l’avocat Jérémie Chouraqui, et l’artiste Sarah Hirschmuller. Il s’agit d’une plateforme qui permet aux habitants d’un même quartier de s’échanger des services et autres bons plans, mais aussi de diffuser des petites annonces et d’organiser des événements. Ouverte uniquement à Paris jusqu’en 2006, Peuplade est actuellement présente dans 16 grandes villes françaises dont Lyon, Marseille, Nice, Rennes et Strasbourg. Son site, entièrement gratuit, est financé grâce aux villes, associations et entreprises partenaires qui participent à la démarche. Un concept qui rappelle celui de Ma-Residence.fr, un réseau social dédié qui s’adresse aux communes et offre une plateforme d’échanges et de services entre habitants.

[/tab]

[/tabs]

[tabs]

[tab title= « Stootie »]

 


Lancement : juin 2012

Disponible sur iPhone et Android, l’application Stootie permet à ses utilisateurs de transmettre en temps réel leurs «missions» (besoin d’un conseil, d’un service ou d’un objet) aux personnes qui se trouvent autour d’eux. Celles-ci peuvent alors rendre service gratuitement ou contre une rémunération. L’application possède une fonction de chat, qui permet aux «stooters» d’avoir une conversation privée avant de se rencontrer. Le business model de Stootie est encore à l’état de projet ; la start-up, fondée par Jean-Jacques Arnal, envisage de proposer aux professionnels de valoriser leurs offres de services. Actuellement, Stootie compte plus de 40 000 utilisateurs en Europe.

[/tab]

[/tabs]

[tabs]

[tab title= « Frizbiz »]

Frizbiz


Lancement : janvier 2013

Frizbiz est une plateforme de jobbing en ligne organisée sous forme d’enchères. Fondée par Augustin Verlinde et Romain Pollet, cette place de marché en CtoC met en relation les particuliers pour des échanges de service. D’un côté, les clients en quête d’un service postent leur besoin sur la plateforme, de l’autre des prestataires répondent aux annonces déposées par les clients. Exemples de ces «petits boulots» qu’on trouve sur Frizbiz : s’occuper du potager d’un voisin, réaliser les logos d’une petite start-up sur en freelance, etc. Pour son financement, la plateforme prélève 14% du coût des prestations conclues entre les deux parties. Lancé en version beta en janvier 2013 et officiellement en mai, Frizbiz compte déjà plus de 1000 membres. La start-up prévoit un chiffre d’affaires de 200 000 euros d’ici fin 2013, et de 400 000 euros en 2014.

[/tab]

[/tabs]


[tabs]

[tab title= « Tok Tok Tok »]

runners

Lancement : en version beta depuis 3 mois, lancement officiel en septembre 2013

Créé par Serge Alleyne, un ancien d’eBuzzing, Tok Tok Tok est un service de livraison à échelle locale, qui permet aux utilisateurs de se faire livrer le produit de leur choix en moins d’une heure, 24h/24 et 7j/7. Un dispositif permet au client de suivre en temps réel, via son smartphone, le trajet de son «Runner» (livreur équipé d’un iPhone) pendant toute la durée de la commande. Tok Tok Tok n’est ni une plateforme e-commerce ni un service de vente a distance : juridiquement, la société est mandataire du client, ce qui lui permet de livrer n’importe quel produit achetable dans un commerce de proximité. Modèle économique : le service de livraison de Tok Tok Tok est payant ( à partir de 5€), son prix fluctue en fonction de la nature des commandes. La start-up a également noué des partenariats avec des grandes chaînes (Fnac, Nocibé, Mango…), et perçoit une commission sur les leads apportés par le service. Volume d’affaires prévu : 15 millions d’euros en 2014.

[/tab]

[/tabs]


[tabs]

[tab title= « Un Voisin Epatant »]

un voisin epatant

Lancement : juin 2013 (2e version à venir en septembre)

Fondée par Anaïs Draud et Madeline Piot, UnVoisinEpatant.com est une plateforme gratuite dédiée à l’entraide entre habitants d’un même quartier. Grâce au site, les voisins peuvent s’échanger des services (ménage, repassage, bricolage, etc.) sur le principe du troc, mais aussi proposer des prestations payantes, en fixant leur tarif librement. Le site ne prélève aucune commission sur les transactions effectuées, et compte se financer grâce à des partenariats avec les commerçants locaux à partir de septembre. Accessible sur ordinateur, smartphone et tablette, Un Voisin Epatant sera dans un premier temps ouvert aux habitants de Paris et de la Petite Couronne. Ses fondatrices prévoient un chiffre d’affaires compris entre 20 000 et 30 000 pour les six premiers mois d’activité.

[/tab]

[/tabs]

Crédit photo: Shutterstock, des millions de photos, illustrations, vecteurs et vidéos

Tags
Microsoft Experiences les 3 et 4 octobre 2017

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

1 thought on “5 startups dans les services de proximité”

  1. La tendance efood s’accélère, à la manière des foodora, tok tok tok, deliveroo, depuis peu vous avez un service de livraison des petits commerçants de proximité à Paris. C’est Frais https://cestfrais.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This