BusinessFW BusinessInvestissementsLes levées de fondsTechTV

Adok, 1 million d’euros pour transformer toutes les surfaces en écrans tactiles

Le montant

La start-up Adok, qui a développé une technologie pour transformer n’importe qu’elle surface en écran tactile, a bouclé un tour de table de 1 million d’euros. Pour cette opération, la société s’est entourée du fonds Waterstart Capital (NCI) et de business angels.

Le marché

Fondée en avril 2016 par Paul Péretié, Jimmy Roux et Renan Bourgois, Adok a conçu un outil pour redynamiser les réunions dans les entreprises. Facilement déconcentrés par la moindre notification sur leur smartphone, les collaborateurs finissent souvent par se désintéresser du sujet pour lequel ils sont réunis. De plus, quand quelqu’un arrête d’utiliser un écran, il reste un rectangle noir, qui prend de la place physiquement mais qui perd de son utilité.

Devant ce double constat, la société, qui a bénéficié de l’appui de The Refiners, l’accélérateur de Géraldine Le Meur, Carlos Diaz et Pierre Gaubil, a imaginé une solution pour s’affranchir des contraintes d’un écran tactile. Plutôt que de créer un énième écran, qui se heurterait à la concurrence de Microsoft, Google et Apple, Adok a fait le pari de rendre n’importe quelle surface tactile. Pour réussir ce tour de magie, la start-up a donné naissance à un projecteur tactile, tel un rétroprojecteur connecté. Celui-ci fonctionne grâce à la reconnaissance d’images, «une technologie en plein boom», note Paul Péretié, co-fondateur et CEO de la société. A ce jour, la jeune pousse revendique une vingtaine de clients, dont 8 du CAC 40. 

Avec cette couche de réalité augmentée, tous les collaborateurs peuvent ainsi travailler en même temps, ensemble, sur le même écran, ce qui permet d’éviter la multiplication des écrans. Au-delà de donner un nouveau souffle aux réunions, cette technologie ouvre le champ des possibles pour une multitude de secteurs, notamment l’automobile, pour transformer la voiture en lieu de divertissement, les transports en commun, pour simplifier le quotidien des usagers, l’immobilier, pour faciliter la conception d’un appartement, ou encore le sport, avec des stades connectés qui offriraient une expérience enrichie aux supporters.

Les objectifs 

Avec ce tour de table, Adok entend franchir une nouvelle étape dans la commercialisation de sa solution. «Le but est de passer d’un prototype à un produit industrialisé», indique Paul Péretié. 

En parallèle, la jeune pousse va introduire un nouveau modèle commercial en proposant son produit sous la forme d’un abonnement. Cette nouvelle offre Hardware-as-a-Service (HaaS) vise à toucher les PME et TPE qui n’ont pas les moyens de s’offrir un tel outil avec un achat direct. Pour monter en puissance, la société compte recruter une dizaine de collaborateurs supplémentaires et se déployer dans de nouveaux pays, à l’image de l’Allemagne.

Adok : les données clés

Fondateurs : Paul Péretié, Jimmy Roux et Renan Bourgois
Création : 2016
Siège social : Paris
Activité : projecteur tactile
Effectifs : 18 collaborateurs
Financement : 1 million d’euros en septembre 2018

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce contenu pourrait vous intéresser:

Close
Share This