ActualitéBusinessFinTechInvestissementsLes levées de fonds

Ant Financial, la filiale financière d’Alibaba, valorisée 150 milliards de dollars après un tour de table de 10 milliards

Pour découvrir l’actualité de la FrenchTech, et les infos à ne pas manquer directement dans votre boite mail à 15h tous les jours, cliquez ici

C’est ce qu’on appelle un envol spectaculaire. Ant Financial, qui n’est autre que la maison-mère d’Alipay, le service de paiement d’Alibaba, vient de boucler une méga-levée de fonds de 10 milliards de dollars, rapporte Reuters. Pour cette opération XXL, la filiale financière du géant chinois du commerce en ligne s’est entourée d’investisseurs asiatiques et américains. Les fonds souverains singapouriens GIC et Temasek Holdings, le fonds souverain malaisien Khazanah Nasional, le fonds d’investissement américain Carlyle Group, le fonds new-yorkais Warburg Pincus ou encore le prestigieux fonds californien Sequoia Capital figurent parmi les principaux investisseurs.

Cette levée de fonds, qui doit être la dernière avant l’entrée en Bourse d’Ant Financial, vraisemblablement en 2019 avec une cotation à la fois en Chine et à Hong Kong, permet à l’entité d’atteindre une valorisation de 150 milliards de dollars, contre 60 milliards de dollars lors de son précédent tour de table de 4,5 milliards de dollars en 2016. Pour avoir une idée de l’envergure qu’est en train de prendre le bras financier d’Alibaba, il suffit de jeter un oeil à l’IPO de la firme de Jack Ma à Wall Street en 21014. A l’époque, Alibaba avait fait une entrée fracassante sur le marché boursier avec une valorisation de 168 milliards de dollars.

Alipay et une galaxie de services financiers pour gagner du terrain 

Pour gagner en puissance au fil des années, Ant Financial a pu s’appuyer sur la solution de paiement Alipay qui revendique plus de 600 millions d’utilisateurs actifs. Initialement centrée sur le paiement en ligne pour l’e-commerce, elle a étendu son champ d’action. Désormais, Alipay permet notamment aux touristes chinois de régler leurs achats dépuis leur mobile via l’application Alipay et l’affichage d’un QR code que le commerçant doit simplement scanner. Alipay entre en concurrence avec WeChat, l’application de messagerie chinoise qui compte plus d’un milliard d’utilisateurs actifs.

Outre Alipay, Ant Financial, dont Alibaba possède 33% du capital, a progressivement enrichi son offre en diversifiant ses activités. La filiale financière du mastodonte chinois propose ainsi une banque en ligne pour PLE (MYbank), une application de gestion de patrimoine (Ant Fortune), un service d’analyse de score de crédit (Zhima Credit) ou encore un service de stockage informatique à distance pour les entreprises de la finance (Ant Financial Cloud). La licorne chinoise s’est également illustrée en investissant dans plusieurs start-up, à l’image d’Ofo, qui développe un service de partage de vélos en libre-service sans station.

Bouton retour en haut de la page
Ant Financial, la filiale financière d’Alibaba, valorisée 150 milliards de dollars après un tour de table de 10 milliards
Web3 : Comment The Sandbox a attiré plus de 300 marques dans son métavers
Guerre des talents, Skill gap, Grande Démission… Comment répondre aux nouveaux enjeux RH des entreprises?
[Nominations] Capgemini, Teads, Linxo… Les nominations de la semaine
[Série A] Electra lève 160 millions d’euros pour déployer plus de 8 000 points de recharge d’ici 2030
[Série A] Cybersécurité : a16z mise sur l’AssurTech Stoïk pour son second investissement en France
Quelle est la recette de DL Software pour réussir sa stratégie de Build Up?

Votre logiciel antipub bloque votre accès à FrenchWeb.fr


Depuis 14 ans, FrenchWeb vous propose chaque jour des contenus sur la FrenchTech. Nous diffusons rarement des publicités et ne collectons pas la moindre information sans votre consentement.


Votre adblocker empêche d'afficher correctement votre media FrenchWeb. Pour y accèder, nous vous recommandons de nous ajouter à votre liste de sites autorisés.


Merci et bon surf!


Richard Menneveux, fondateur de FrenchWeb.fr et CEO de DECODE.Media