ActualitéAffaires publiquesBusinessEuropeMarketing & CommunicationRetail & eCommerce

Après Fidzup, Teemo et Singlespot, la Cnil épingle la start-up de ciblage publicitaire Vectaury

Avec l'AFP

Le gendarme des données personnelles, la Cnil, a une nouvelle fois épinglé vendredi une start-up spécialisée dans le ciblage publicitaire, lui reprochant d’exploiter des données d’utilisateurs de smartphones sans accord clair de leur part. La société, Vectaury, est la quatrième de ce type visée par la Cnil depuis l’entrée en vigueur du nouveau Règlement européen sur la protection des données (RGPD), le 25 mai dernier. La Cnil a déjà épinglé en juillet les sociétés Fidzup et Teemo, et en octobre la société Singlespot. Teemo a déjà régularisé sa situation.

Vectaury a trois mois pour se mettre en conformité dans le recueil des consentements, faute de quoi elle risque une sanction de la Cnil. La start-up française, qui développe une solution drive-to-store pour épauler les retailers, intègre des morceaux de code, des «SDK» dans le jargon informatique, dans les applications mobiles distribuées par ses sociétés partenaires. Ces SDK lui permettent de collecter, même lorsque les applications ne fonctionnent pas, l’identifiant publicitaire des smartphones et des données de géolocalisation. Ils permettent ainsi l’affichage de publicités ciblées sur l’écran des smartphones.

Vectaury doit «supprimer les données indûment collectées»

La société «indique traiter ces données avec le consentement des personnes concernées», a indiqué la Cnil. «Toutefois, les vérifications de la Cnil ont permis de constater que le consentement n’est pas valablement recueilli», a-t-elle ajouté. La Cnil reproche aussi à Vectaury d’exploiter sans consentement valable des données d’internautes recueillies lors des offres d’enchères publicitaires en temps réel. Vectaury a ainsi recueilli «plus de 42 millions d’identifiants publicitaires et les données de géolocalisation à partir de plus de 32 000 applications», a indiqué la Cnil. Pour échapper à la sanction, Vectaury devra mettre en place des demandes de consentement valables, mais aussi «supprimer les données indûment collectées», a précisé l’institution publique.

Vectaury est emblématique des start-up qui prospèrent grâce à l’exploitation commerciale des données des internautes. Fondée en octobre 2014, elle emploie environ 70 personnes mais compte rapidement doubler ses effectifs, après une levée de fonds de 20 millions d’euros début octobre. A partir des millions de données de géolocalisation collectées chaque jour auprès de 25 millions de mobinautes français, Vectaury permet aux retailers de savoir si un consommateur a mis les pieds dans une de leurs boutiques et ainsi d’affiner leur stratégie drive-to-store pour attirer les consommateurs en magasin. A ce jour, la société travaille avec une centaine de marques et d’agences. «Nous accueillons les demandes de la Cnil avec sérieux mais sans appréhension car nous développons une technologie “Privacy by Design” depuis 2016. Nous répondrons dans les prochains jours aux demandes de l’action de la Cnil et ainsi achèverons notre processus de mise en conformité», a réagi Matthieu Daguenet, co-fondateur et CEO de Vectaury.

Emmanuel Brunet, patron d’Eulerian Technologies qui mesure l’efficacité des campagnes de publicité numérique, n’a pas été surpris de cette nouvelle mise en demeure de la Cnil, après celles de Teemo, Fidzup et Singlespot. «Il était logique que la Cnil adopte le même comportement vis-à-vis des autres sociétés du secteur afin que tous les acteurs respectent les mêmes règles», a-t-il indiqué à l’AFP. Teemo notamment «a été très attaquée» médiatiquement après sa mise en cause et cela a eu «un impact très significatif sur ses activités commerciales» avant que la société ne régularise sa situation, a-t-il expliqué.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Après Fidzup, Teemo et Singlespot, la Cnil épingle la start-up de ciblage publicitaire Vectaury
[Webinar] Comment simplifier vos processus et réduire vos coûts grâce à la signature électronique ?
Walmart achète des actifs de JoyRun pour compléter son service de livraison
En route vers une consolidation du marché des VTC
Dans sa course contre TikTok, Snapchat lance Spotlight pour séduire les jeunes utilisateurs
Radio France
Radioplayer France: les principales radios françaises lanceront une plateforme commune en 2021
snapchat
Snap poursuit ses ambitions dans les technologies vocales avec une nouvelle acquisition