Data RoomRetail & eCommerceStartup

[Atelier numérique – BFM Business] La chronique start-up de Frenchweb #21 : Home’n’go

Home’n’go est une toute nouvelle plateforme de recherche de logements créée par trois jeunes entrepreneurs, également fondateurs du Mash Up (entrepreneuriat étudiant).

A l’issue d’un brainstorming sur les actions pénibles de la vie quotidienne auxquelles le web pourrait apporter des solutions, ils ont décidé de créer un service qui regroupe tous les besoins d’informations que l’on peut avoir lorsqu’on recherche un nouveau logement.

Avec Home’n’go, il suffit de copier-coller l’adresse d’une annonce immobilière dans son espace personnel ou, plus simple, d’utiliser le bouton-extension dans son navigateur pour récupérer cette annonce qui sera ensuite enrichie de multiples informations utiles  : commerces de proximité, écoles, transports en communs. Une « couche open data » permet également d’accéder au : prix du marché dans le quartier, infos économiques, politiques, fiscales, taxes foncière et d’habitation…

L’ensemble des données permet donc de valider un choix de quartier et Home’n’go synthétise vos demandes pour vous faire des propositions très ciblées, une activité pour laquelle la start-up sera rémunérée par les professionnels de l’immobilier. Elle proposera également à terme une gamme de services externes : assurance, crédit, baby sitter, femmes de ménage…

 

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

Bouton retour en haut de la page
[Atelier numérique – BFM Business] La chronique start-up de Frenchweb #21 : Home’n’go
The New Standards Retail
[Livre Blanc] Les 3 clés de réussite pour digitaliser son catalogue papier
[Livre Blanc] Le playbook North Star: tout savoir pour assurer le succès de vos produits
Comment la marque de « clean beauty » Respire s’appuie sur sa communauté pour assurer son succès
Quels résultats pour Amazon après une semaine triomphale pour les GAFA?
FoodTech : Taster lève 37 millions de dollars pour faire évoluer son modèle de «dark kitchen»