Actualité

[Bon app’] L’application de sondage Poutsch est morte, voici Voice !

Les co-fondateurs de Poutsch sont partis s’installer à New-York et viennent de relancer leur concept de sondage alternatif via la toile.

Pays d’origine:  Belgique/France

Editeur: Poutsch Corp.

Date de création: 17 Avril 2014

Disponibilité: sur iOS

application-voice-poutsch

Comment se forme l’opinion publique ? De quels outils les citoyens disposent-ils pour en débattre ? C’est à partir de ces réflexions que les trois créateurs de Voice ont imaginé une solution de sondage alternatif. L’application Voice a été développée par Etienne Adriaenssen (CTO) et son équipe au sein de la société Poutsch. Elle n’est pas encore disponible sur les périphériques fonctionnant sous Android ou Windows. D’autres acteurs comme Wedgies, Polar et bien sur Polldaddy s’étaient déjà lancés sur ce segment. Voice offre néanmoins un plus grand choix de types de réponses ce qui donne plus de liberté dans la variété des questions posées. Pour en savoir plus, Frenchweb a posé quelques questions à Félix Winckler, qui a co-fondé avec le Belge Etienne Adriaenssen et le Franco-Belge Melchior Sholler la société Poutsch:

A quoi sert l’application Voice?

En repensant le concept de sondage, l’application a pour but de créer une source alternative d’opinion publique. Elle permet à n’importe qui (particulier ou organisation) de poser et/ou répondre à des questions sous forme de sondage dans un environnement social (comparable à Twitter) et peut être envisagée comme un jeu ou un passe temps. Pour certain, c’est une experience introspective à la manière du questionnaire de Proust.L’environnement social permet de partager cette expérience avec d’autres. Chacun peut voir le profil de ses amis, connaitre leurs opinions, comparer son opinion à celle des autres. Chaque question créée sur Voice peut être partagée et « embeddée » n’importe où sur le web. Mais « Voice » est aussi un outil de « market research« . Les entreprises peuvent l’utiliser pour  dialoguer avec leur cible.

Comment avez-vous eu l’idée de mettre au point cette application ?

Lors du printemps arabe, nous avons constaté que bien que les réseaux sociaux aient permis d’organiser les manifestations et aient ainsi probablement contribué à renverser les gouvernements, ils n’avaient pas permis de déterminer la voix de la majorité au sujet de qui devait remplacer les régimes en place. S’en est suivi une reflexion au sujet de l’opinion publique et la manière dont nous l’identifions dans nos sociétés. Nous avons étudié les critiques portées au sujet du sondage. Nous avons regardé les technologies utilisant l’agrégation de mots-clefs afin de déterminer des tendances. Nous avons finalement fait le constat que l’opinion publique, telle que nous le concevons aujourd’hui, ne résulte pas de l’expression volontaire de citoyens ou consommateurs. Nous avons donc voulu proposer une alternative où chacun pouvait contribuer, en direct et dans un environnement divertissant, à la construction d’une autre source d’opinion publique.

Comment fonctionne-t-elle ?

L’environnement est très similaire a Twitter avec un système following/follower. Mais à la différence de Twitter vous ne suivez pas d’autres personnes pour leurs tweets, mais pour leurs questions. Tous les membres peuvent faire deux choses: poser ou répondre à des questions. Les sondeurs sont donc à la fois les sondés.

Comment allez-vous gagner de l’argent ?

Les fonctions payantes ne sont pas disponibles pour l’instant, mais nous réfléchissons à proposer: la promotion de questions à la manière dont Facebook et Twitter font des « promoted » post ou « promoted tweet »; la possibilité de customiser les échanges intégrés sur d’autres supports web; un abonnement premium permettant un accès à des outils d’analyse de la donnée collectée.

Comment se répartit l’actionnariat de la société qui édite l’application et sera-t-il amené à évoluer en 2014 ?

Le capital est réparti entre les trois co-fondateurs, le fonds d’investissements Wellington Partners et des investisseurs privés.

Pourquoi avoir choisi de partir vous installer outre-Atlantique ?

Pour un produit « consumer » comme le nôtre, le marché américain est celui où nous devons nous développer. A New York nous avons accès aux medias et  à des industries très variées. Il y a aussi un grande communautés tech et beaucoup de frenchies !

Chaque jour à 13h, Frenchweb, en partenariat avec Stardust, spécialiste du test d’applications mobiles, vous présente une application mobile. Soumettez vous aussi la vôtre.

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits

Adeline Raynal

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

  1. Pourriez-vous nous donner des exemples d’entreprises ayant recours a cette appli?

[Bon app’] L’application de sondage Poutsch est morte, voici Voice !
PayFit : une politique de télétravail faite de confiance et de mobilité géographique
Jeux vidéo: pourquoi l’avenir des consoles reste incertain
Apple poursuit sa conquête du marché indien avec l’ouverture de son premier magasin en ligne
Glwadys Le Moulnier : « La classe sociale détermine la difficulté avec laquelle on peut entreprendre »
Coronavirus, racisme, élections: comment Facebook veut calmer les échanges entre ses employés
TikTok/Bytedance
TikTok: à trois jours de l’échéance, l’app n’a toujours pas d’accord aux États-Unis
Copy link