ActualitéDistributionStartup

Bouygues prend 7% de Lymo pour « échanger du foncier » avec la start-up

La start-up toulousaine Lymo vient d’accueillir Bouygues Immobilier à son capital. Le groupe français a investi «quelques centaine de milliers d’euros» pour acquérir 7% des parts de l’entreprise. Cette plateforme de financement participatif dédiée à l’immobilier avait levé 500 000 euros en 2013 auprès de 140 investisseurs via la plateforme de crowdfunding WiSEED. Elle est loin d’être la seule à avoir flairé le filon du crowdfunding immobilier en France. Il existe aussi Homunity, Cobatisseurs.comCrowd-immo.fr et  Anaxago Immobilier.

Lymo propose d’investir des tickets dès 1 000 euros et s’engage sur une rentabilité de 10% par an. Ses investisseurs sont majoritairement des cadres trentenaires et quadragénaires vivant à en région parisienne et désireux d’investir un petit montant dans de la pierre, principalement dans le sud de la France. Les terrains situés en région parisienne font partie des prochaines cibles du site. Jean-Baptiste Vayleux, l’un des cofondateurs de la société, explique à Frenchweb cette prise de participation.

FrenchwebVous vous présentez comme un service différent par rapport aux plateformes similaires de crowdfunding immobilier. Est-ce que cela a été l’élément décisif pour convaincre Bouygues ?

jb-vayleux
Jean-Baptiste Vayleux

Jean-Baptiste Vayleux : Oui, je le crois. Notre différence majeure c’est que nous sommes nous-mêmes promoteur immobilier des projets présentés sur notre plateforme. Contrairement aux autres, nous ne prélevons pas de commission. Notre modèle de rémunération se base uniquement sur la vente des biens immobiliers. L’alignement d’intérêts entre les investisseurs et le promoteur (nous) est donc plus important pour notre plateforme. Cette intégration verticale nous permet de contrôler la construction des biens. Deuxième élément: nous nous sommes spécialisés sur la construction de mini-résidences (10 lots maximum).

Que va changer l’arrivée de Bouygues Immobilier pour Lymo ? 

Petite précision d’abord: Bouygues rachète des parts d’actionnaires historiques précédents; il ne s’agit donc pas d’une augmentation de capital. L’arrivée du groupe va changer deux choses pour Lymo. D’une part, nous allons échanger du foncier avec eux. Nous nous sommes spécialisés uniquement sur les petits terrains, d’environ 1 000 m2, sur lesquels on peut faire construire une dizaine de logements. A l’inverse, Bouygues ne gère jamais des opérations de cette taille, il vise des terrains permettant de construire a minima vingt logements. Bouygues nous confiera les petits terrains, et, si nous identifions des terrains plus grands, nous ferons de même. C’est un échange sur le foncier.

D’autre part, Bouygues va nous apporter son expertise pour mieux sécuriser les projets que nous choisissons. La qualité du foncier (son emplacement, etc.) étant un élément de sécurisation, nous allons récupérer les bonnes pratiques en termes d’intelligence marketing à partir des études menées par les équipes de ce grand groupe historique. Enfin, l’arrivée de cet actionnaire est un élément propre à rassurer nos investisseurs et donc à nous différencier par rapport aux autres plateformes de financement participatif immobilier.

Comment comptez-vous procéder pour conserver votre caractère disruptif, votre organisation flexible propre à une start-up ?

Quand une société intervient à hauteur de 7%, elle ne peut pas avoir l’exigence de négocier quoi que ce soit. Bouygues sait parfaitement que notre mode de fonctionnement est différent du sien, et nous ne sommes pas inquiets de ce côté là.

[tabs]

[tab title= »Lymo: les données clés »]

Siège : Toulouse

Création: 2013

Effectifs: 7 personnes dont les 4 cofondateurs + 3 stagiaires

Marché : immobilier (financement et construction de biens)

Investisseurs: fondateurs (majoritaires), particuliers, Bouygues (7%)

Chiffre d’affaires 2014 : « plusieurs millions d’euros », indique Jean-Baptiste Vayleux

Montant déjà levés via la plateforme: 2 millions d’euros

Nombre de projets financés: 8

[/tab]

[/tabs]

Lire aussi: 5 start-up françaises qui veulent bousculer le marché de l’immobilier

Crédit photo: Fotolia, banque d'images, vecteurs et videos libres de droits
Tags
atelier-platform

Adeline Raynal

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This