ActualitéAmérique du nordBusinessEtudesInvestissementsLes levées de fondsTech

Capital-risque : 77 milliards de dollars investis aux Etats-Unis en 2015

2015 est considérée comme une année exceptionnelle en matière d’investissements en capital-risque aux Etats-Unis, apprend-on à la lecture de l'étude «Upfront VC Analysis 2016», réalisée par Upfront, une société de capital risque américaine, et publiée en février.

Avec 77 milliards de dollars investis sur l’année, et plus de 8 000 opérations réalisées, l’activité poursuit la tendance observée depuis 2009. En six ans, le nombre d’opérations réalisées a été multiplié par 1,8 et les montants levés ont pratiquement été multipliés par 3.

Ce sont les investissements en amorçage qui ont le plus progressé en nombre d’opérations (+22%); en valeur, ce sont les investissements en «later stage» qui ont le plus augmenté (+36%).  

Plus d’argent disponible, mais des opérations de sortie moins nombreuses

Malgré un léger ralentissement en 2015, les fonds de capital risque américains ont retrouvé leur capacité à lever des fonds d’avant la crise: 28 milliards de dollars levés en 2015, pour 25 milliards de dollars en 2008. La tendance devrait se maintenir en 2016.

Au-delà du fait qu’il y a plus d’argent disponible, les professionnels ont constaté l’arrivée d’investisseurs «non traditionnels» (c’est-à-dire qui ne sont pas des sociétés de capital risque). Ces derniers ont augmenté de 15% par an en moyenne depuis 2012.

On remarquera qu’en parallèle de ce phénomène de hausse des investissements, les opérations de fusion-acquisition ont vu leur nombre diminuer, passant de 542 opérations en 2011 à 473 en 2015. De la même manière, les IPO ont diminué, en nombre comme en valeur (-32% en nombre et -38% en valeur entre 2014 et 2015).

82% des investisseurs «prudents» pour l’année à venir

Autre réalité dont on commence à parler petit à petit: les valorisations boursières des entreprises de la Tech ont chuté plus que proportionnellement à l’évolution du NASDAQ ces derniers mois.

Plus de 90% des investisseurs interrogés dans le cadre de cette étude estiment que les valorisations hors marchés publics des entreprises suivront la même tendance en 2016; ils sont même un tiers à s’attendre à des «corrections significatives».

62% d’entre eux déclarent conseiller aux entreprises de leur portfolio d’adopter une politique de réduction des coûts. Birchbox, prise en exemple dans l’étude, a déclaré en janvier 2016 qu’elle allait licencier 15% de ses effectifs, invoquant comme motif les incertitudes en matière de financement.

77% des investisseurs, enfin, ont le sentiment que les négociations durent plus longtemps, et que le rythme va continuer à se ralentir dans les mois à venir.

Ils sont 82% à se dire «prudents», voire même «préoccupés» par les perspectives pour l’année à venir.

Ils estiment qu’en adoptant une stratégie de prudence dans leurs investissements à court terme, il devrait en récolter les fruits d’ici 3 ans. Les professionnels de l’investissement restent malgré tout confiants dans leur capacité à accompagner les entreprises à fort potentiel qui les sollicitent.   

** Enquête réalisée auprès de 159 fonds de capital risque, pour la plupart américains (7 fonds interrogés sont considérés comme internationaux). Ils investissent en amorçage ou en early stage pour 67% d’entre eux, et sont en activité depuis moins de 10 ans à 61%. Un tiers des répondants ont entre 6 et 10 années d’expérience dans l’investissement; un tiers a plus de 15 ans d’expérience dans le métier.

VOIR le slideshare complet:

Tags

Claire Spohr

Chargée d'études au sein de la rédaction.Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Capital-risque : 77 milliards de dollars investis aux Etats-Unis en 2015
L’État lance un fonds pour inciter les Français à investir dans des PME
Le PDG de Spotify investit dans la licorne européenne Northvolt
Pub en ligne: la Cnil va publier sa recommandation sur les cookies jeudi
Palantir valorisé 15,8 milliards de dollars pour son entrée en Bourse
UE: Thierry Breton l’affirme, la supervision des Gafa sera du ressort de chaque État membre
Royaume-Uni: Nokia signe son premier contrat 5G depuis l’exclusion de Huawei