Tech

Cedexis, la bataille du temps d’affichage des pages web

Lorsqu’on ouvre un site américain en France ou un site français à l’autre bout du monde, on ne se doute pas toujours du nombre de points de passage que les données ont du franchir. Et pourtant, chacun d’entre eux est susceptible de ralentir l’acheminement des données. Les internautes détestant attendre l’affichage d’une page, la bataille se joue donc à la milliseconde près à chaque étape.

Selon Amazon, 100 ms perdues au sortir du serveur font perdre 1% des ventes. Pour Yahoo!, 400 ms de temps d’affichage en en trop induisent près de 6% de perte de trafic. Statistique imparable: 81% des internautes interrompent une visualisation de vidéo si sa lecture est suspendue pour du buffering. Distribuer le plus rapidement possible est donc devenu un enjeu majeur d’autant que le temps de latence d’un site fait partie des critères retenus par les algorithmes de référencement de Google.

La société franco-américaine Cedexis concentre donc sa technologie sur l’optimisation des temps d’affichage.
Elle audite en temps réel et au niveau mondial les performances de milliers de CDN (Content Delivery Network) et d’ISP (Internet Service Provider), mutualise les données puis optimise les routages pour le compte de ses clients parmi lesquels: France Télévisions, Canal +, Arte, Le Monde, Le Parisien, Rue du Commerce et le site du Premier ministre.

Entretien avec Julien Coulon, co-fondateur de Cedexis.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

2 commentaires

  1. Très bonne interview, un métier très peu connu. Je suis curieux de savoir techniquement comment le tout fonctionne :)

Bouton retour en haut de la page
Cedexis, la bataille du temps d’affichage des pages web
Apple s’oppose à l’arrivée de France Digitale dans la procédure judiciaire lancée par l’État
Données personnelles: la Cnil s’attend à deux fois plus de cas de violation en 2021
Mobilité : Sharelock lève 4 millions d’euros auprès de Breega
A la rencontre de Michel Meyer, Technical Program Manager pour Facebook, basé à San Francisco
Anonymisation des données: 1,5 million d’euros pour la startup nantaise Octopize
Intelligence artificielle: l’ONU veut imposer un moratoire sur certains systèmes