Arts et CultureBusiness

[Chronique] Digital music #30

START ME UP : les news essentielles…ou pas (expliquées par Frenchweb)

[START-UP] Drip.Fm dépoussière les labels et lance un service de musique sur abonnement

Après avoir conquit le secteur du streaming musical, le modèle économique de l’abonnement tend désormais à s’élargir vers le secteur de la production phonographique traditionnelle, en peine à diversifier ses sources de revenus.

Né en 1999 en même temps de Napster, le label de musique électronique américain Ghostly International, vient ainsi de lancer Drip.Fm, un nouveau service capitalisant sur la fidélité des fans de musique indépendante à leurs labels favoris. Le principe est simple : grâce à Drip.Fm, les labels peuvent proposer des formules d’abonnements spécifiques à leurs communautés, qui bénéficient en retour de contenus exclusifs, de promotion sur le merchandising etc.

Un système fédérateur qui a déjà séduit une dizaine de labels (Dirty Bird, Mad Decent, Stones Throw…) depuis le lancement de la bêta test en mai dernier. Drip.Fm, qui prépare une levée de fonds pour se développer à l’international, se réserve 30% des sommes encaissées mais envisage une répartition plus favorable pour les labels dans l’avenir.
A l’heure où de plus en plus de marques misent sur la musique, les labels pourraient ainsi miser de plus en plus sur leur propre « marque » ; et leur capacité à fédérer autour de leur identité artistique et de leur catalogue.

Source Musique Info

[ETUDE] Le streaming favoriserait les ventes de musique en ligne… et les concerts

Une étude réalisée auprès de 2.000 personnes par une équipe de chercheurs de l’Université de Rennes vient de confirmer les bienfaits du streaming sur les ventes de musique en ligne et, de manière plus surprenante, sur la fréquentation des salles de concerts.
Comparé à une vitrine médiatique aussi importante que la radio ou la télévision, « le streaming apparait ainsi comme un nouveau mode de prescription musicale pour l’achat de musique numérique sur le modèle de la radio et de la TV pour l’achat de musique physique », confirme l’étude. Rationner le streaming (YouTube, Dailymotion, Deezer ou Spotify en tête) reviendrait donc à brider la visibilité des artistes et traînerait directement les ventes digitales vers le bas.
Autre information étonnante, le streaming profiterait dans une certaine mesure aux concerts : « l’effet positif du streaming uniquement sur les concerts des artistes « star » et non sur la musique classique et les artistes locaux confirme qu’« accès » et « visibilité » sont deux choses différentes et que la simple mise à disposition des contenus de niche sur ces plateformes ne suffit pas à changer ».
Des conclusions qui, en revanche, ne semblent pas s’appliquer au CD physique.

Sources Numerama et Marsouin.

Page précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9Page suivante

Laure Decailly

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

Bouton retour en haut de la page
[Chronique] Digital music #30
Huawei mise 8 millions d’euros sur le moteur de recherche français Qwant
Comment des parlementaires américains s’attaquent aux monopoles des GAFA
Le service de livraison français Colis Privé prévoit d’entrer en Bourse sur le marché Euronext
Euro 2021 : la Fédération française de football se lance dans les NFT avec la startup Sorare
Microsoft, Ubisoft, Avatar… focus sur l’E3, le plus grand salon des jeux vidéo au monde
De “petite start-up” à “belle scale-up”: 6 (excellents) conseils pour une start-up… à ne plus suivre pour bien scaler !