ActualitéBusinessEuropeInvestissementsLes levées de fondsStartupTech

Coworking : 44 millions d’euros pour l’Italien Talent Garden, alternative à WeWork en Europe

Le montant

La start-up italienne Talent Garden, qui se positionne en alternative européenne à WeWork, géant américain du coworking, a bouclé un tour de table de 44 millions d’euros mené par le fonds d’investissement milanais Tamburi Investment Partners. Le fonds américain Social Capital, le fonds italien Indaco Venture Partners, ainsi que des family offices européens ont également participé à l’opération.Apple-converted-space »> 

Auparavant, la société avait levé 12 millions de dollars en novembre 2016. Au total, elle a levé 56 millions d’euros depuis sa création.Apple-converted-space »> 

Le marché

Fondée à Brescia en 2011, Talent Garden s’est lancée sur le marché du coworking en essayant de prendre le contrepied de WeWork. Tandis que le mastodonte américain s’est principalement développé dans les plus grandes villes européennes, notamment Paris, Londres et Berlin, la jeune pousse lombarde a de son côté misé sur une expansion en Europe de l’Est et en Europe du Sud pour s’implanter dans des villes où les coûts sont moins élevés que dans les grandes capitales. Une approche qui semble porter ses fruits aujourd’hui. La société revendique désormais plus de 3 500 utilisateurs répartis sur 23 campus dans 8 pays européens, dont la moitié en Italie.

Outre la mise à disposition de bureaux partagés, Talent Garden a également lancé son «Innovation School» dans cinq pays européens pour dispenser des formations dans des domaines comme la transformation digitale, l’intelligence artificielle, la réalité augmentée et la réalité virtuelle, le codage et la blockchain. Concentrée sur l’Europe depuis sa création, la start-up va ouvrir son premier campus en dehors du Vieux Continent à San Francisco en 2020. «Nous avons créé un modèle unique pour accélérer le deuxième écosystème technologique en Europe, à l’extérieur de Londres, Paris et Berlin», explique l’entreprise.

A l’international, Talent Garden aura fort à faire face à WeWork, désormais valorisé 47 milliards de dollars après un investissement de 2 milliards de dollars provenant de SoftBank en début d’année, qui ne cesse de gagner du terrain dans le monde entier, notamment en Asie où la firme américaine nourrit de fortes ambitions. Toutefois, si la société italienne continue à viser les villes moyennes dans les pays où elle se déploie, elle peut tirer son épingle du jeu sur un marché en plein essor, assez large pour contenir plusieurs acteurs.

Les objectifs de la Start-upApple-converted-space »> 

Avec ce tour de table, Talent Garden prévoit d’accélérer son expansion à l’international. La jeune pousse italienne compte ainsi ouvrir 20 nouveaux campus au cours des cinq prochaines années en Italie, en Irlande, en Espagne, en France, en Autriche, au Danemark et dans les pays nordiques. La société songe également à s’étendre en Allemagne, au Benelux et en Israël.Apple-converted-space »> 

Dans le même temps, Talent Garden veut élargir la portée de son «Innovation School» comme l’a fait WeWork en mettant la main en 2017 sur la Flatiron School pour offrir à ses employés et ses membres un accès aux cours de codage de l’école new-yorkaise.

Talent Garden : les données clés

Fondateurs : Alessandro Rimassa, Davide Dattoli, Francesco Lato, Gianfausto Ferrari, Marco Franciosa, Marco Santonocito, Matteo Penzo et Paolo Ganis
Création : 2011
Siège social : Milan
Activité : coworking
Financement : 44 millions d’euros en mars 2019

Bouton retour en haut de la page
Coworking : 44 millions d’euros pour l’Italien Talent Garden, alternative à WeWork en Europe
Live shopping: NTWRK lève 50 millions de dollars auprès de Goldman Sachs et du groupe de luxe français Kering
Bitcoin, NFT, salons audio…: Comment Twitter veut attirer les créateurs de contenus?
Pourquoi Taster s’est tourné vers le crowd equity funding après sa levée de 37 millions de dollars
FoodTech: Flink valorisé à 2,1 milliards de dollars après un tour de table mené par DoorDash
E-commerce: DataHawk lève 6 millions d’euros pour accompagner les revendeurs Amazon dans leur activité
Le directeur technologique de Facebook va céder sa place à Andrew Bosworth, spécialiste du metaverse