A la uneActualitéAmérique du nordComData Room

Disney et Google disent «non» à Twitter, Salesforce seul en lice

Dix ans après avoir été lancé, Twitter devrait changer de propriétaire. Jusqu'ici Verizon, Apple, Microsoft, Google, Disney et Salesforce avaient manifesté leur intérêt. Mais d'après Recode, alors qu'ils se sont tous penchés sur le dossier, il ne resterait plus que Salesforce en lice. Disney, qui aurait souhaité enrichir son offre de streaming, viendrait de jeter l'éponge. Seul en course, Marc Benioff, PDG de Salesforce, qui a refusé de commenter l'information sur CNBC.

Alors que Jack Dorsey était manifestement le seul à résister au rachat d'après Bloomberg, il semblerait qu'à quelques semaines de la présentation des résultats du troisième trimestre, ce 27 octobre, les choses soient en train de s'accélérer. 

Récemment, Chris Sacca (ex Google, présent au capital d'Uber), et l'un des investisseurs fidèles a même annoncé avoir revendu ses parts.

Valorisé 15 milliards de dollars, Twitter compte 313 millions d’utilisateurs à travers le monde. Mais il est toujours déficitaire. Malgré un chiffre d’affaires de 2,22 milliards de dollars en 2015, Twitter a perdu 2 milliards de dollars en l’espace de dix ans, dont 521 millions de dollars en 2015.

Alors que Jack Dorsey misait sur le Live et sur Periscope pour reprendre des couleurs, le réseau social ne parvient pas à faire croître de manière significative son nombre d'abonnés. Pire, celui-ci stagne. Malgré 31 acquisitions (Mesagraph, Perischope, ZeroPush…) depuis sa création, Twitter peine à trouver son modèle. 

Google et Disney n'y trouvent pas leur intérêt, Salesforce vise le mobile

Atteindre directement ses cibles et en direct, c'est l'argument qui devait séduire Google. Mais le géant avance déjà seul sur ses sujets, notamment avec la messagerie Google Allo

Pour Disney, l'acquisition devait venir consolider la stratégie de développement des contenus vidéo en streaming du site de microblogging. Après avoir racheté Pixar et investi dans les plateformes Hulu, Vice Media ou encore BAMTech (baseball en ligne), le modèle Twitter n'aura finalement pas convaincu.

Quid de Salesforce? A première vue, les ADN des deux sociétés sont différents. Mais en septembre 2014, Salesforce lançait un fonds de capital-risque de 100 millions de dollars pour investir dans les start-up spécialisées dans les offres mobiles et dans les objets connectés. Or, sur le mobile, Twitter a une carte à jouer.

Chez Twitter, le produit mobile se porte bien. Au premier trimestre 2016, les revenus publicitaires représentaient 531 millions de dollars, le mobile comptant pour 88% de ces revenus. Reste à Twitter de surmonter les limites pour les annonceurs de son format de 140 caractères; qu'il a d'ailleurs ouvert pour tenter d'en sortir progressivement. 

Dans ce climat d'incertitudes et de rumeurs, l'action à Wall Street côtée au Nasdaq prenait 5,74% à la fermeture hier, à près de 25 dollars. Le rétropédalage de Google l'avait toutefois fait plonger de 9,21% à 22,58 dollars dans les échanges dans la journée.

Lire aussi: Disney songe à racheter Twitter

Tags

Jeanne Dussueil

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This