ActualitéAmérique du nordAsieBourseBusinessFonds d'investissementInvestissementsTransport

En pleine tourmente, Uber continue de creuser ses pertes

Les choses ne s’arrangent pas chez Uber. C’est même tout l’inverse. Malgré l’arrivée cet été de Dara Khosrowshahi à la tête de la plateforme de VTC pour remettre le navire à flot, la firme américaine peine à sortir la tête de l’eau. Au troisième trimestre, Uber a ainsi perdu 1,46 milliard de dollars, contre 1,06 milliard de dollars au trimestre précédent, soit une hausse de 38% en l’espace de trois mois. Dans le même temps, le chiffre d’affaires a augmenté de 21%, à 2,01 milliards de dollars, contre 1,66 milliard de dollars au deuxième trimestre.

Ces chiffres donnent aux actionnaires d’Uber un aperçu de la situation financière de la société. Les résultats trimestriels de la plateforme de VTC doivent permettre aux actionnaires d’être mieux éclairés pour déterminer s’ils doivent vendre des actions dans le cadre de l’offre publique d’achat (OPA) lancée mardi dans le cadre du méga-investissement de SoftBank dans Uber. Le géant japonais, ainsi que Dragoneer, Sequoia Capital, TPG et Tencent, cherchent à acquérir jusqu’à 8 milliards de dollars d’actions auprès des actionnaires d’Uber. SoftBank veut proposer une offre à 32,96 dollars par action, soit largement en-dessous des 48,77 dollars de la valeur actuelle de l’action d’Uber. SoftBank a d’ores et déjà confirmé que les actionnaires Benchmark Capital et Menlo Ventures ont l’intention de vendre des actions.

Un rabais de 30% sur la valorisation d’Uber

L’offre du mastodonte japonais valoriserait Uber à hauteur de 48 milliards de dollars, contre 68,5 milliards de dollars actuellement, soit une décote de 30%. Le coup serait rude pour Uber dans la mesure où la plateforme de VTC verrait sa valorisation ramener à son niveau de 2015. Cependant, la firme américaine pouvait difficilement espérer un autre scénario après la révélation la semaine passée d’un piratage de masse, survenu il y un an, qui a touché 50 millions de clients et 7 millions de chauffeurs d’Uber. De plus, la plateforme de VTC aurait versé 100 000 dollars aux hackers pour qu’ils ne divulguent pas l’existence de cette attaque et détruisent les informations collectées.

Approuvé par le conseil d’administration d’Uber, l’investissement permettra à SoftBank de s’octroyer une participation de 17% dans la firme américaine. Avec cette part, SoftBank obtiendrait deux sièges au conseil d’administration d’Uber, lui octroyant ainsi un poids conséquent dans les décisions stratégiques de la plateforme de VTC.

L’arrivée de SoftBank doit permettre à Uber de préparer son entrée en Bourse, prévue pour 2019. En se laissant une année de marge, Dara Khosrowshahi espère disposer de suffisamment de temps pour redorer le blason d’Uber, fortement entaché par une avalanche de scandales (vol de technologiesmensonges sur les revenus de ses conducteurs, culture sexiste en interne aux États-Unis, espionnages des chauffeurs de Lyftdémission de Travis Kalanicklicence d’exploitation retirée à LondresUberPOP banni de plusieurs pays européens…), et récupérer la confiance des investisseurs.

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

  1. On ne peut pas réellement parler d’une valo diminuée de 30% entre la dernière levée et la cession des titres. ;)
    Il y a tjs un discount entre une levée et un rachat. Pour une raison simple, c’est que dans le second cas, le virtuel devient réel (= du cash pris).
    C’est vrai que généralement c’est plutôt 20%.

En pleine tourmente, Uber continue de creuser ses pertes
DECODE Retail avec Carole Juge-Llewellyn, Fondatrice de Joone
Pourquoi Mark Zuckerberg veut fusionner Facebook avec Instagram et WhatsApp
Index Ventures : « Les startups européennes retardent leur développement aux États-Unis » 
Soraya Jaber : « Je ne me sentais pas légitime en tant que femme CEO aussi jeune »
L’État lance un fonds pour inciter les Français à investir dans des PME et startups
Le PDG de Spotify investit dans la licorne européenne Northvolt