ActualitéBusinessEuropeIndustrieInvestissementsLes levées de fondsObjets connectésStartupTech

Enerbee lève 2,2 millions d’euros pour que les objets connectés ne manquent jamais d’énergie

Le montant

La start-up grenobloise Enerbee, qui développe une technologie permettant de récupérer l’énergie d’un objet en mouvement, a bouclé un tour de table de 2,2 millions d’euros auprès de ses investisseurs historiques, Demeter et 360 Capital Partners. Asahi Kasei Corporate Venture Capital et le Crédit Agricole Alpes Développement ont également soutenu la société dans le cadre de cette opération. En mars 2015, l’entreprise a levé 2,5 millions d’euros.

Le marché

Fondée en 2014 par Jérôme Delamare et Pierre Coulombeau, Enerbee fournit une technologie de génération d’énergie basée sur le mouvement, qui vise à remplacer piles et batteries dans les objets connectés industriels et grand public. Cette technologie prend la forme d’un micro-générateur constitué de matériaux magnétiques et piézoélectriques qui permet de générer de l’énergie à partir de mouvements à faible vitesse et faible couple, là où la plupart des autres technologies ne fonctionnent pas.Apple-converted-space »> 

Les objectifs de la Start-upApple-converted-space »> 

Enerbee : les données clés

Fondateurs : Jérôme Delamare et Pierre Coulombeau
Création : 2014
Siège social : Grenoble
Activité : technologie pour récupérer l’énergie d’un objet en mouvement
Financement : 2,2 millions d’euros en octobre 2018

Maxence Fabrion

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE MEDIA
Bouton retour en haut de la page
Enerbee lève 2,2 millions d’euros pour que les objets connectés ne manquent jamais d’énergie
E-commerce: StockX lève 255 millions de dollars pour une valorisation à 3,8 milliards de dollars
Jeux vidéo
Gaming: le CNC consacrera 4,2 millions d’euros pour les créateurs de jeux vidéo en 2021
Fuites, piratages… : comment éviter que nos données circulent?
«Ma classe à la maison»: la plateforme du CNED de nouveau ciblée par des cyberattaques
Radio France
Face aux géants du streaming, les radios françaises font leur révolution numérique
De quoi le télétravail est-il la fin?