ActualitéData RoomMedia

[Etude US] Investissements publicitaires : Internet devant la presse papier en 2012 ?

C’est une première. Selon une récente étude d’eMarketer, les investissements publicitaires online aux Etats-Unis devraient devancer ceux réalisés dans la presse papier, en 2012.

En effet, selon les derniers chiffres publiés, le marché de la publicité en ligne devrait augmenter de 23% en 2012 pour atteindre 39,5 milliards €, contre 33,8 milliards $ pour les investissements publicitaires sur le print.

Cette tendance devrait par ailleurs s’intensifier au fur et à mesure des prochaines années. Ainsi, le marché de la publicité online pourrait atteindre 62 milliards $ aux Etats-Unis en 2016, tandis que, sur la même année, les investissements sur le print plafonneraient à 32,3 milliards $.

Si les journaux et magazines semblent donc largement affectés par la montée en puissance des investissements publicitaires online, la TV, devrait, quant à elle, rester le media privilégié par les annonceurs. En effet, 64,8 milliards $ devraient être investis sur ce média en 2012, puis 72 milliards $ en 2016.

D’une manière générale, le marché publicitaire américain devrait bien se porter en 2012 et pourrait peser 169,5 milliards $, soit une augmentation de 6,7%. Toujours selon les prévisions d’eMarketer, le total des dépenses publicitaires pourrait atteindre 200 milliards $ en 2016. La publicté en ligne représenterait alors un tiers de ces investissements.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
[Etude US] Investissements publicitaires : Internet devant la presse papier en 2012 ?
eCommerce : l’aventure Mirakl racontée par Elaia
Comment la FinTech suédoise Klarna veut conquérir la France
Le cloud open source, ça change quoi?
4 questions sur la pénurie de semi-conducteurs qui déstabilise l’industrie mondiale
Amazon s’est vu infliger une amende record pour non respect du RGPD
Deliveroo envisage de quitter l’Espagne, où les livreurs devront bientôt être salariés