/ InsidersActualité

[INSIDERS] eSanté : 600 000 euros pour les Bordelais de mySofie

#eSanté : mySofie lève 600 000 euros pour simplifier le parcours de soin 

L’assistant personnel mobile mySofie est parvenu à lever 600 000 euros, auprès de Bpifrance, de la Région Nouvelle-Aquitaine, des investisseurs historiques et de business angels. 

Lancé en 2018 par Philippe Baranski et Aymeric Mehu, mySofie est à l’origine d’une plateforme dont la vocation est d’assister personnellement les utilisateurs en matière de santé. L’algorithme développé par l’entreprise permet d’analyser et de regrouper les données de remboursement liées au Régime de sécurité sociale, dans le but de proposer un profil de santé limpide à l’utilisateur. «mySofie a été conçue avec l’idée que la santé de demain se construit sur la réduction des fractures d’aujourd’hui : complexité des démarches, coût, distances, absence d’information…», expliquent Philippe Baranski et Aymeric Méhu, les deux fondateurs.

L’entreprise basée à Bordeaux propose une analyse des dépenses, un historique des soins, mais aussi des téléconsultations, des pharmacies en ligne ou encore des magazines santé, s’adressant ainsi à une cible large d’utilisateurs. «Si 95% de la population française est couverte par une complémentaire santé (chiffres 20181), un tiers a déjà renoncé à se soigner durant l’année. C’est pourquoi Il est urgent de simplifier notre relation à la santé», ajoutent les fondateurs. 

#FoodTech : Uber intègre Uber Eats à son application principale

Le géant américain de VTC Uber intègre Uber Eats à son application principale dans une version expérimentale, a confié à TechCrunch un porte-parole de l’entreprise. Uber poursuit sa stratégie d’expansion et d’accessibilité pour engranger un plus grand nombre d’utilisateurs sur sa plateforme, en alliant cette fois-ci ses deux offres : la livraison de plats à domicile et les VTC.

Si l’entreprise de Dara Khosrowshahi a intégré la version web d’Uber Eats dans l’application principale, c’est avant tout pour inciter les utilisateurs réguliers d’Uber ou Uber Eats à utiliser les deux services. Le service de livraison à la demande est utilisé quotidiennement par certains clients, qui ne profitent pas en revanche de l’application de VTC.

Crédits : Shutterstock.

Uber a donc mis en place un système de promotions croisées. Les utilisateurs de chaque service engrangent des récompenses lors de leurs commandes. Ils pourront ainsi cumuler des points de fidélité sur Uber ou Uber Eats, et les dépenser indifféremment pour les deux services, sur l’application principale d’Uber. L’application existante d’Uber Eats reste cependant autonome. Toujours en quête de rentabilité, Uber espère que ses nombreux clients seront une source de bénéfices sur le long terme pour prendre une longueur de l’avance sur ses concurrents, comme Lyft aux États-Unis. 

#FinTech : TrueLayer financé par Tencent et Temasek 

La start-up britannique TrueLayer lève 35 millions de dollars auprès du géant chinois Tencent et du fonds d’investissement singapourien Temasek. 

Lancé en 2016 par Francesco Simoneschi et Luca Martinetti, TrueLayer commercialise une plateforme fournissant une plateforme d’open banking. Elle facilite l’accès aux API bancaires, c’est-à-dire qu’elle permet le regroupement et le partage d’informations financières. La start-up britannique s’adresse notamment aux FinTech, dont la demande se fait de plus en plus importante. Avec cette levée, TrueLayer ambitionne de s’étendre en Asie et en Europe, notamment en France, en Allemagne et en Italie. 

Tencent profite de ce secteur en expansion pour miser sur des start-up FinTech et ainsi diversifier ses activités. Le groupe chinois avait déjà injecté 180 millions de dollars dans la start-up brésilienne Nubank, spécialisée dans les services financiers, en octobre 2018. Lors de ses derniers résultats trimestriels, Tencent avait révélé que ses investissements dans la FinTech avaient permis de générer un bénéfice record de 2,5 milliards de dollars, en progression de 44%.

Tags

Assiya Berrima

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA Pour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media

Sur le même sujet

Share This